/world/america
Navigation

Mexique: Victoria Rodriguez, première femme nommée à la tête de la banque centrale mexicaine

Mexique: Victoria Rodriguez, première femme nommée à la tête de la banque centrale mexicaine
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MEXICO | La secrétaire d’État mexicaine aux Finances Victoria Rodriguez a été nommée gouverneure de la Banque centrale du Mexique par le président de gauche, Andrés Manuel López Obrador, devant la première femme à ce poste alors que le pays enregistre sa plus forte inflation depuis des années. 

• À lire aussi: Elle gagne deux sièges pour l'espace d'une valeur de 900 000 dollars

• À lire aussi: Biden et le spectre d’une nouvelle guerre froide

• À lire aussi: Mexique: 2 500 permis temporaires pour une caravane de migrants

La nomination de Mme Rodriguez doit encore être ratifiée par le Sénat où le parti du président Lopez Obrador est majoritaire avec ses alliés.

Mme Rodriguez a été préférée au dernier moment par le président à l’ex-ministre des Finances, Arturo Herrera.

«C’est la première fois qu’une femme va prendre la tête de la Banque centrale du Mexique», a déclaré le chef de l’État lors de sa conférence de presse matinale.

Économiste de formation, Mme Rodriguez avait été la responsable des finances du gouvernement régional de la ville de Mexico.

«Elle a agi avec beaucoup de responsabilités pour ne pas dépenser pour dépenser», a souligné le chef de l’État de gauche, qui prône une politique d’austérité budgétaire.

Cette même semaine, une autre femme, Loretta Ortiz, a été élue parmi les onze membres de la Cour suprême de justice de la Nation. Sa nomination a été entérinée par le Sénat.

L’annonce intervient alors que le Mexique a enregistré une inflation de 7,05 % sur les quinze premiers jours de novembre, un record en 20 ans.

L’inflation annuelle se situe à 6,24 % en octobre, plus du double des objectifs de la Banque du Mexique (Banxico).

Face à l’inflation, Banxico a annoncé le 11 novembre une quatrième hausse consécutive de son taux directeur, à 5 %.

Des analystes financiers estiment que le retrait de M. Herrera pourrait provoquer des «incertitudes» parmi les investisseurs et alimenter des doutes sur l’indépendance de la Banxico, pays membre de l’OCDE et quinzième économie mondiale.

L’actuel gouverneur, Alejandro Díaz de León, terminera son mandat le 31 décembre.

L’économie mexicaine, la plus importante d’Amérique latine après le Brésil, a reculé de 8,5 % en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19.