/sports/hockey
Navigation

Alex Ovechkin, un modèle pour les jeunes

Connor McMichael a grandi en admirant Alex Ovechkin

Alex Ovechkin compte un jeune admirateur âgé de 20 ans parmi ses coéquipiers en la personne de Connor McMichael.
Photo d'archives, AFP Alex Ovechkin compte un jeune admirateur âgé de 20 ans parmi ses coéquipiers en la personne de Connor McMichael.

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | À 8 ans, Connor McMichael avait un chandail avec le numéro 8 des Capitals et il avait choisi de se déguiser en Alex Ovechkin pour l’Halloween. Il avait également une affiche du Russe dans sa chambre à Ajax, en Ontario.

• À lire aussi: Le record de Gretzky en danger

• À lire aussi: Le CH aura fort à faire face aux Capitals

Comme bien des jeunes de sa génération, McMichael avait Ovechkin comme idole. Mais contrairement au commun des mortels, l’Ontarien partage maintenant le même vestiaire que le Tsar à Washington.

McMichael a raconté l’anecdote de l’Halloween le 8 novembre dernier après une victoire de 5 à 3 des Capitals contre les Sabres de Buffalo au Capital One Arena. Ce soir-là, le capitaine des Caps avait marqué un but et obtenu deux passes. Avec son but, il avait égalé Brett Hull au quatrième rang des meilleurs buteurs de l’histoire de la LNH avec 741 buts. 

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Ovechkin a maintenant 745 buts à sa fiche. Malgré ses 36 ans, le Moscovite a déjà touché la cible 15 fois en 20 rencontres et il a noirci la feuille de pointage à 33 reprises. Il a obtenu trois passes contre le CH.

« C’est fou, on dirait qu’il trouve une façon de marquer à chacun de ses matchs », a raconté McMichael après un entraînement au MedStar Capitals Iceplex, à Arlington. « Il n’arrête pas, il veut encore s’améliorer. Quand j’étais petit, j’aimais vraiment le regarder jouer avec les Caps. Aujourd’hui, j’ai la chance d’être son coéquipier. C’est vraiment cool. » 

Alex Ovechkin compte un jeune admirateur âgé de 20 ans parmi ses coéquipiers en la personne de Connor McMichael.
Photo AFP

Rien d’impossible

À sa première année d’un nouveau pacte de cinq ans qui lui rapportera en moyenne 9,5 millions, Ovechkin a encore beaucoup de temps devant lui pour rattraper les trois autres maîtres des buts : Wayne Gretzky (894), Gordie Howe (801) et Jaromir Jagr (766). 

« On croyait que la marque de Wayne était intouchable, a rappelé McMichael. Mais Ovi s’y approche de plus en plus. C’est cool de le voir tous les jours dans la quête de ce record. » 

Pour Peter Laviolette, l’entraîneur en chef, les exploits d’Ovechkin n’ont pratiquement plus rien de particulier. 

« C’est comme si je m’y attends, a répliqué Laviolette. Alex est notre meilleur joueur depuis le premier jour du camp. Il est arrivé dans une très bonne condition physique et il veut avoir un impact à tous les matchs. Et il y parvient. Il nous aide à gagner des matchs, il ne fait pas juste marquer des buts. »

Un deuxième centre

Il y a des réalités différentes pour tous les joueurs de la LNH. Si Ovechkin peut rêver de pourchasser le célèbre numéro 99, d’autres jeunots ont des objectifs plus simples. À 20 ans, McMichael a l’intention de s’établir comme un régulier à la position de centre avec les Caps. Avec la blessure à Nicklas Backstrom et l’absence de Lars Eller en raison du protocole de la COVID-19, le choix de premier tour en 2019 (25e au total) se retrouve dans la chaise du deuxième centre après Evgeny Kuznetsov. 

Alex Ovechkin compte un jeune admirateur âgé de 20 ans parmi ses coéquipiers en la personne de Connor McMichael.
Photo AFP

« Je trouve mon rythme, a affirmé l’ancien des Knights de London. Je reste encore un jeune joueur dans la LNH et j’ai toujours besoin d’apprendre. Je dirais toutefois que je deviens de plus en plus confiant. Quand tu as la rondelle, tu n’as pas aussi de temps que dans le junior. Je dois encore m’adapter à la cadence du jeu dans la LNH. »

« Quand je compare son jeu maintenant à celui du début de la saison, je vois un joueur avec plus de confiance en ses habiletés, a renchéri Laviolette. Il apprend, mais il s’améliore en même temps. »

À 18 ans dans la Ligue junior de l’Ontario, McMichael avait amassé 102 points (47 buts, 55 passes) en 52 rencontres à London en 2019-2020. Sur la scène internationale avec l’équipe canadienne, il a gagné la médaille d’or au Championnat du monde junior à Ostrava en 2020 et la médaille d’argent en 2021 à Edmonton. 

Un ami d’Hendrix Lapierre

Pour les premières semaines de la saison, les Capitals comptaient sur un jeune centre de 19 ans en Hendrix Lapierre et un autre de 20 ans en Connor McMichael. Le 10 novembre dernier, Brian MacLellan, le directeur général des Capitals, a fait son choix en retournant Lapierre avec le Titan d’Acadie-Bathurst dans la LHJMQ. 

Alex Ovechkin compte un jeune admirateur âgé de 20 ans parmi ses coéquipiers en la personne de Connor McMichael.
Photo AFP

« Je parle encore avec Lappy, on a développé une belle amitié, a affirmé McMichael. J’étais triste de le voir retourner dans la LHJMQ, mais je sais qu’il sera un joueur vraiment dominant dans cette ligue. J’ai hâte de le revoir l’an prochain à Washington. Il a toujours du plaisir, il sourit tout le temps et il est un très bon centre. »
Après quatre matchs à Bathurst, Lapierre a obtenu quatre passes. Mais il devrait prendre son envol assez rapidement. Il devrait aussi suivre les traces de McMichael en représentant le Canada au Championnat du monde junior à la fin du mois de décembre à Edmonton et Red Deer. 

« J’ai appris du Championnat du monde. Comme enfant, je rêvais de porter les couleurs de mon pays au Mondial junior, a souligné McMichael. Je l’ai fait à deux reprises. Je sais qu’Hendrix aura la chance d’y jouer cette année. Il grandira de cette expérience. Ça fera de lui un meilleur joueur. » 

Avec la pandémie, McMichael a profité d’une exception la saison dernière pour jouer avec les Bears de Hershey dans la Ligue américaine à l’âge de 19 ans. Malgré son jeune âge, le centre s’est très bien débrouillé avec 27 points (14 buts, 13 passes) en 33 matchs. 

« C’était une expérience très profitable pour moi. Il y a une grosse marche entre la Ligue junior de l’Ontario et la Ligue américaine. C’était bien de faire le saut à 19 ans. J’ai appris le système des Bears de Hershey, j’ai découvert la réalité chez les professionnels. » 

À voir aussi