/news/education
Navigation

Université Laval: les diplômés de la pandémie enfin réunis

La collation des grades de l’Université Laval a eu lieu en personne mercredi au Centre des congrès de Québec

Sophie D’Amours, rectrice de l'Université Laval. Après deux années d’absence, la grande tradition de la collation des grades a repris en personne mercredi sous le signe des retrouvailles et de l’émotion, pour des centaines de diplômés de l’Université Laval. L’événement dure six jours au Centre des congrès de Québec.
Photo Dominique Lelièvre Sophie D’Amours, rectrice de l'Université Laval. Après deux années d’absence, la grande tradition de la collation des grades a repris en personne mercredi sous le signe des retrouvailles et de l’émotion, pour des centaines de diplômés de l’Université Laval. L’événement dure six jours au Centre des congrès de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Après deux années d’absence, la grande tradition de la collation des grades a repris en personne mercredi sous le signe des retrouvailles et de l’émotion, pour des centaines de diplômés de l’Université Laval.

• À lire aussi: Capitale-Nationale: priorité à la première dose dans les centres de vaccination pour les enfants

• À lire aussi: RTC et STLévis: vers «une intégration tarifaire» des deux sociétés de transport

Soumis à un protocole sanitaire strict, les finissants des deux dernières années ont quand même pu retirer leur masque au moment de défiler devant leurs proches et anciens professeurs. Leurs sourires sous un concert d’applaudissements en disaient long sur le chemin parcouru.

Les cérémonies de la collation des grades de l’Université Laval ont débuté mercredi au Centre des congrès de Québec, après une absence de deux ans due à la pandémie, au grand bonheur des nombreux diplômés qui ont terminé leurs études.
Photo Dominique Lelièvre
Les cérémonies de la collation des grades de l’Université Laval ont débuté mercredi au Centre des congrès de Québec, après une absence de deux ans due à la pandémie, au grand bonheur des nombreux diplômés qui ont terminé leurs études.

« On est fébriles. C’est sûr que ça fait un peu drôle, parce que ça fait quand même un certain temps qu’on a fini », dit Marie-Gabrielle Gagné, dont le dernier cours suivi en « présentiel » remonte à mars 2020.

« On a déjà notre travail à temps plein depuis quand même un certain temps, mais on trouvait ça important de se libérer, de venir boucler la boucle, et célébrer les beaux efforts qu’on a faits. On revoit des visages », se réjouit la diplômée en communication, qui a terminé son cheminement au printemps dernier.

Sophie D’Amours, rectrice de l'Université Laval. Après deux années d’absence, la grande tradition de la collation des grades a repris en personne mercredi sous le signe des retrouvailles et de l’émotion, pour des centaines de diplômés de l’Université Laval. L’événement dure six jours au Centre des congrès de Québec.
Photo Dominique Lelièvre

11 cérémonies

En tout, l’Université Laval décerne 22 596 diplômes pour les cohortes 2019-2020 et 2020-2021. La rectrice, Sophie D’Amours, va présider durant six jours un nombre record de 11 cérémonies, lors desquelles 4666 diplômés qui ont accepté l’invitation vont enfiler la toge.

Pour la première fois, les célébrations se déroulent hors du campus. Le Centre des congrès de Québec a été choisi pour permettre une meilleure distanciation.

Les choses se déroulent de manière différente. En plus du port du masque, le passeport vaccinal est requis. Les étudiants n’ont droit qu’à deux invités et les rassemblements sont impossibles. Sur scène, la rectrice évite de serrer des mains, mais continue de saluer chaleureusement chaque diplômé passant devant elle.

Koralie Gagnon et Marie-Gabrielle Gagné, diplômées en communication publique
Photo Dominique Lelièvre
Koralie Gagnon et Marie-Gabrielle Gagné, diplômées en communication publique

Grande fête

Les éclats de rire, la camaraderie et les discours solennels, eux, sont toujours au rendez-vous. « C’est une expérience humaine d’abord. C’est une grande fête. [...] C’est pour ça qu’on a été persévérants. On a attendu, on avait hâte », a souligné Sophie D’Amours en entrevue.

La dernière collation des grades de l’Université Laval remontait à juin 2019. L’établissement a jugé que le contexte était finalement propice à son retour. D’autres universités québécoises renouent également avec la tradition cet automne.

« Il y a quelque chose de différent. On se sent un peu comme un enfant à la veille de Noël. Ça fait deux ans qu’on n’a pas vu les étudiants dans ce contexte-là », a renchéri Guillaume Pinson, doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines.


L’événement permettra aussi de remettre 17 doctorats honorifiques à des personnalités, dont six par webdiffusion. Parmi elles, on compte notamment l’ancien premier ministre Lucien Bouchard, le biologiste et humoriste Boucar Diouf, la femme d’affaires Christiane Germain et le leader cri Romeo Saganash.

À voir aussi