/world/europe
Navigation

Découverte d'un pendentif gravé par l'homme il y a 41 500 ans

BULGARIA-ARCHEOLOGY
Photo d'Archives AFP

Coup d'oeil sur cet article

Vieux de 41 500 ans, découvert en Pologne, c'est le pendentif gravé de ponctuations par une main humaine le plus ancien de l'histoire et le seul précisément daté, grâce à une technique de pointe, révèle une étude publiée jeudi. 

Fabriqué dans l'ivoire d'une corne de mammouth, bruni par le temps, l'objet de 4,5 cm de haut tient dans la main. Il porte encore le petit trou et une partie du deuxième par lesquels passait un lien pour le porter autour du cou. Et surtout une succession d'au moins 50 « ponctuations », des incisions minuscules pratiquées en courbes harmonieuses, dont le sens exact échappe aux paléontologues. 

L'objet, en deux fragments, a été découvert dans la grotte de Stajnia, un abri naturel dominant une vallée dans le sud de la Pologne. L'endroit a déjà fait la Une des revues de paléontologie avec la découverte de molaires de Néandertaliens, datant de plus de 40 000 ans.

L'époque est alors riche en production d'objets de parures, considérés comme des manifestations d'un comportement symbolique. Particulièrement sous la main d'Homo sapiens, fraîchement arrivé sur le continent eurasiatique depuis l'Afrique, mais aussi sous celle des Néandertaliens, ces « cousins » de l'homme moderne, qui disparaîtront bientôt. 

La découverte du pendentif, qui remonte à 2010, le place en compagnie d'une poignée d'objets ponctués, découverts en France et dans le Jura souabe allemand, mais aussi en Russie et jusqu'au-delà du cercle arctique.

Leurs datations s'étalant d'environ 30 000 à 40 000 ans, à l'époque de l'Aurignacien, donnent lieu à des discussions « chaudement débattues », pour savoir si cet art a pris naissance à un endroit précis, et si oui, à quel endroit, remarque l'étude parue dans Scientific Reports.

Cycle de la Lune ?

Certains prétendent que le Jura souabe, avec notamment une statuette anthropomorphe ponctuée, est « le centre où cette technique est née et s'est ensuite répandue en Europe », dit à l'AFP la professeure Sarah Talamo, directrice du Laboratoire de datation carbone à l'Université de Bologne, et principale auteure de l'étude.

Mais, ajoute-t-elle, « on n'en sait rien, car on ne connaît pas les dates exactes de ces objets, dont la datation a été obtenue indirectement », par l'étude de l'environnement où ils ont été découverts. Autrement dit, « sans techniques de pointe ».

En revanche, et en collaboration avec une équipe de l'Institut Max Planck pour l'évolution anthropologique, la scientifique a pu déterminer précisément l'âge du pendentif de Stajnia, grâce à la spectrométrie de masse par accélérateur. Cette technique de pointe exige de 200 à 1000 fois moins de matière que la datation carbone classique. En l'occurrence, il a suffit de prélever un échantillon de seulement un demi-gramme du précieux pendentif pour en déterminer l'âge. 

Quant à la précision, elle est capitale pour « comprendre comment cette technique a pu se répandre » sur le continent à l'Aurignacien, poursuit la chercheuse. 

Notamment en considérant la particularité remarquable que partage le pendentif de Stajnia avec un autre os gravé daté autour de 38 000 ans, la plaquette Blanchard, du nom d'un site de Dordogne, à 2000 km de là: tous deux portent une série de ponctuations, organisées en une longue boucle et courbe. 

Un dessin interprété comme un décompte de gibier, un système de numération ou « ressemblant de manière frappante à un analemme lunaire », comme le note l'étude: une représentation de la position changeante de l'astre observée chaque jour depuis un même lieu au cours du cycle de la Lune. 

L'enjeu, selon les auteurs de l'étude, est donc de revoir la datation des autres objets ponctués, et plus largement de « l'art mobile, pour mieux comprendre l'émergence d'un comportement symbolique et de la cognition moderne dans l'évolution humaine ».