/opinion/columnists
Navigation

François Legault continue de nous illusionner

François Legault continue de nous illusionner
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Tel un Alain Choquette de la politique, notre premier ministre excelle à détourner l’attention des gens pour garder le regard du public exactement là où il veut !

Pendant que la CAQ plane dans les intentions de vote, Québec solidaire fantasme de grossir ses effectifs et de passer de l’extrême gauche à une gauche plus acceptable... tout en oubliant l’identitaire !

Tandis que la CAQ flotte en état d’apesanteur à force de succès, le Parti libéral du Québec, lui, renie la langue... et semble voué à demeurer le parti des anglos et des allophones.

Quant au PQ, il a enfin trouvé un candidat valable dans Marie-Victorin. Mais Pierre Nantel gagnera-t-il ?

Dans tous les cas, la CAQ est morte de rire : avec de tels « ennemis », pas besoin d’amis !

Hypnotisme

François Legault continue de nous illusionner... avec le sport pour nous hypnotiser ! Voilà qu’il clame partout son amour du hockey... quelle origi-nalité ! Il appelle le président de la LNH, Gary Bettman, et fait rêver les nostalgiques des Nordiques. À Montréal, il endosse le chandail du Canadien, tout en ayant une paire de patins (et on sait que les politiciens savent patiner !). Legault va-t-il aussi, tant qu’à y être, nous parler des Expos ?

Donnez du sport au peuple et il ne s’apercevra pas que la nation meurt tranquillement.

Urgence

L’illusionniste Legault détourne ainsi notre attention de la nouvelle loi 101 pas costaude du tout, des « sidjeps » (cégeps prononcé en anglais) arrosés de centaines de millions pour angliciser les nôtres, des raisons sociales anglaises qui se multiplient, de son inerte Office de la langue française et de la place du Québec au sein de l’inutile Agence de la francophonie...

Lorsque des gens protestent contre le troisième lien à Québec, Legault dit : « Je vous ai entendus, je vais me mettre au travail pour mieux faire. » Je me demande donc pourquoi notre premier ministre, si ouvert aux critiques, a tant de mal à comprendre l’urgence linguistique...