/finance
Navigation

La réserve mondiale de sirop d’érable coupée de moitié

Sept millions d’entailles seront ajoutées d’ici trois ans pour éviter une pénurie

sirop d'érable au Québec
Photo courtoisie Tous ces barils constituent l’unique réserve stratégique de sirop d’érable au monde. Elle est située à Laurierville, dans le Centre-du-Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Amateurs de sirop d’érable, doit-on craindre une pénurie du délicieux produit ? En raison d’une saison décevante et d’une demande qui explose, l’industrie n’a plus le choix : on devra aller piger dans l’unique réserve mondiale, qui sera réduite de moitié. 

L’entrepôt principal de cette réserve est situé à Laurierville, dans le Centre-du-Québec, et a une superficie de 267 000 pieds carrés, ce qui équivaut à cinq terrains de football. 

Habituellement, on conserve 100 millions de livres de sirop, mais au terme de la saison, on devra y en retirer 50 millions afin de satisfaire l’appétit grandissant des consommateurs, la plus grande quantité depuis 2008. 

Actuellement, il n’y a plus de sirop biologique disponible et il reste environ 38 millions de livres de bon sirop, qui sert à l’utilisation culinaire, sur les crêpes notamment. 

« L’utilité de la réserve, c’est justement de nous permettre de toujours avoir du sirop d’érable », explique Hélène Normandin, porte-parole des Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ), en entrevue avec Le Journal. 

« Mais il est vrai que le contexte est particulier. Les exportations sont en hausse de 20 % depuis le début de la pandémie et on a connu une saison moyenne l’an passé », poursuit-elle.  

  • Écoutez l'entrevue avec Hélène Normandin, porte-parole des Producteurs et productrices acéricoles du Québec sur QUB radio :  

 

Plus d’entailles

Au printemps 2021, en raison de la météo, la production a atteint 133 millions de livres, ce qui est beaucoup moins étincelant que les années record de 2019 (159 millions) et de 2020 (175 millions). 

Pour ne pas se retrouver à sec, l’organisation a donc décidé d’ajouter sept millions d’entailles d’ici trois ans. Actuellement, il y en a 50 millions au Québec. 

« On ne voudrait pas vider la réserve. Pour l’instant, il va en rester, mais si la tendance se maintient, on ne le sait pas. Donc, on a décidé de ne pas prendre de chance », assure Mme Normandin. 

Cette réserve a été mise en place en 2000. Elle sert principalement à entreposer les surplus lorsque l’offre dépasse la demande, mais elle stabilise aussi le prix du produit en éliminant les potentielles ruptures de stock.

Il n’en manquera pas ! 

Dans son érablière, à un jet de pierre de l’aéroport de Mirabel, Patrice Lalande est catégorique. 

Patrice Lalande, Copropriétaire d’une érablière
Photo Olivier Bourque
Patrice Lalande, Copropriétaire d’une érablière

« Inquiétez-vous pas, il y aura toujours du sirop », lance le copropriétaire de la ferme acéricole Aux Saveurs du printemps. 

Il n’est pas question pour lui d’ajouter de nouvelles entailles sur son érablière. Il en a 5300 actuellement. 

« On a connu une hausse de 35 % de nos revenus. Mais en même temps, on ne trouve pas de main-d’œuvre. On a fait 400-500 heures de plus par année, sept jours sur sept pendant trois mois », dit-il. 

M. Lalande produit uniquement pour le marché local et écoule sirop, beurre et caramel à l’érable dans son commerce. 

« Depuis la pandémie, les gens consomment beaucoup plus localement. Pour nous, c’est une bonne nouvelle, mais il faut suivre la cadence ! » assure-t-il.


Le Québec possède la seule réserve mondiale de sirop d’érable.

Le principal entrepôt peut contenir jusqu’à 94 000 barils de sirop pasteurisé.

Le Québec est le premier joueur mondial avec 73 % de la production.

À voir aussi