/investigations/justice
Navigation

Livraisons par drone dans les prisons: trois groupes ciblés par la police

La livraison de drogue et d’autres objets en prison serait menée par des trafiquants liés aux Hells

Coup d'oeil sur cet article

Les forces policières soupçonnent qu’un trio d’organisations criminelles gravitant autour des Hells Angels et des gangs de rue contrôle les livraisons par drone dans les prisons et pénitenciers du Québec où elles sont devenues un fléau.

• À lire aussi: Les drones remplacent le père Noël en prison

• À lire aussi: Encore une livraison par drone au Centre de détention

• À lire aussi: Livraisons de drogue et d'armes: on a perdu le contrôle des drones en prison

C’est ce qu’on apprend dans des documents policiers où ces bandes sont fichées et auxquels notre Bureau d’enquête a eu accès.

Parmi plus de 80 groupes criminels répertoriés au Québec en 2021, les trois suivants seraient les seuls associés à ce phénomène.     

  • Le clan Maigar, mené par des membres d’une famille résidant dans le secteur de Saint-Bernard-de-Lacolle.     
  • Le groupe Célestin, issu des gangs de rue d’allégeance bleue, présent au centre-ville de Montréal.     
  • Le groupe Daley, basé dans la région de Québec et proche des motards.          

Le clan Maigar, connu des policiers pour transiger avec plusieurs autres organisations criminelles, était jusqu’à récemment le plus actif à ce chapitre.

Saisie de drogues et d’un cellulaire équipé d’une carte SIM d’une valeur de près de 28 000 $ qui ont été livrés par drone à l’Établissement de Cowansville en octobre 2021.
Photo courtoisie
Saisie de drogues et d’un cellulaire équipé d’une carte SIM d’une valeur de près de 28 000 $ qui ont été livrés par drone à l’Établissement de Cowansville en octobre 2021.

Mais plusieurs de ses membres se retrouvent accusés d’avoir organisé une série de livraisons par drone dans quatre prisons provinciales (Bordeaux, Rivière-des-Prairies, Sorel et Sherbrooke) et deux pénitenciers fédéraux (Sainte-Anne-des-Plaines et Cowansville) l’an dernier.  

  • Écoutez l'entrevue de Philippe-Vincent Foisy avec Éric-Yvan Lemay du Bureau d'enquête sur QUB Radio:   

Précurseurs

Les deux autres gangs identifiés à ce stratagème sont liés de près aux Hells Angels, qui détiennent la mainmise sur le marché des stupéfiants au Québec, ainsi qu’aux gangs de rue.

Du tabac et du haschich acheminés par drone a aussi été trouvé par les autorités à l’Établissement de Cowansville.
Photo courtoisie
Du tabac et du haschich acheminés par drone a aussi été trouvé par les autorités à l’Établissement de Cowansville.

À Montréal, le groupe dirigé par le chef de gang Jean-Philippe Célestin serait d’ailleurs l’un des précurseurs de la livraison par drone en milieu carcéral.

Divers objets interceptés par des agents correctionnels qui ont été livrés par drone dans des prisons du Québec. Sur la photo, on peut voir des écouteurs, du tabac, du cannabis et du haschich.
Photo courtoisie
Divers objets interceptés par des agents correctionnels qui ont été livrés par drone dans des prisons du Québec. Sur la photo, on peut voir des écouteurs, du tabac, du cannabis et du haschich.

En 2017, Célestin aurait orchestré la mise en place de cette méthode d’approvisionnement alors qu’il contrôlait le trafic de stupéfiants et de tabac à la prison de Rivière-des-Prairies où il était détenu pour gangstérisme, d’après les autorités.

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio : 

Donnacona

À Québec, c’est la bande menée par un ex-membre du gang de rue 187, Philippe-Emmanuel Daley, que les forces de l’ordre soupçonnent d’utiliser les drones pour livrer en prison, en plus d’agir comme hommes de main des Hells.

Daley, qui a déjà été incarcéré au pénitencier à sécurité maximale de Donnacona après une condamnation pour tentative de meurtre, est l’ex-gendre d’Alain Ruest, un ancien président du chapitre de Québec des Hells Angels.

Les objets ci-dessus ont été livrés par drone au pénitencier à sécurité maximale de Donnacona en septembre 2021.
Photo courtoisie
Les objets ci-dessus ont été livrés par drone au pénitencier à sécurité maximale de Donnacona en septembre 2021.

Dix fois plus cher

Le 11 novembre dernier, Le Journal rapportait que les livraisons par drone sont maintenant quasi quotidiennes dans nos prisons où les agents correctionnels en ont intercepté plus de 350 en 2020.

Photo courtoisie

Les contrebandiers livrent même des couteaux et des poings américains en plus des drogues, du tabac, des médicaments et des cellulaires.

Photo courtoisie

Certains pénitenciers fédéraux au Québec ont fait l’acquisition en 2021 d’une technologie sophistiquée permettant à leurs agents de détecter la présence sur leur territoire de tout drone pesant plus de 250 grammes et d’en connaître le point de départ exact par géolocalisation.

– Avec Marc Sandreschi 

Combien ça vaut en prison ?  

  • Un cellulaire 1500 $  
  • Un gramme d’héroïne 1000 $  
  • Un timbre de fentanyl 400 $  
  • Un gramme de haschich 200 $  
  • Un gramme de cannabis 100 $  
  • Un comprimé de méthamphétamine 50 $   

Des trafiquants bien connus  

Le clan Maigar Montérégie

Shane Maigar, photographié en 2001.
Photo d'archives
Shane Maigar, photographié en 2001.

  

  • Actif dans la production, le trafic et l’exportation de cannabis.     
  • Le père et présumé dirigeant du clan, John Magda Maigar, 76 ans, et ses fils, Shane, 45 ans, et Steven, 41 ans, ainsi que son petit-fils, Kevin Chouinard-Maigar, 27 ans, ont été arrêtés par la Sûreté du Québec en mars dernier dans l’opération Quadrimoteur et sont accusés relativement à des livraisons par drone en milieu carcéral.     
  • En 2011, Steven Maigar a été extradé dans l’État de New York et condamné à quatre ans de pénitencier après s’être reconnu coupable d’y avoir exporté 200 kilos de cannabis.           

Le groupe Daley Québec

Philippe-Emmanuel Daley
lors de son arrestation en juillet 2010.
Photo d'archives
Philippe-Emmanuel Daley
lors de son arrestation en juillet 2010.

  

  • Impliqué dans le trafic de méthamphétamine, les armes, la collecte de dettes et des crimes avec violence.     
  • Son leader, Philippe-Emmanuel Daley, 35 ans, a écopé de huit ans de pénitencier en 2012 pour avoir commis une tentative de meurtre à l’arme blanche.       
  • Durant sa détention, il s’est marié avec la fille d’un Hells Angels avant de divorcer en 2014.      
  • Depuis sa libération, Daley s’est entouré d’individus connus de la police pour leur violence et son groupe exécuterait divers contrats pour le compte des Hells.            

Le gang Célestin Montréal

Jean-Philippe Célestin, un leader des Bleus proche des Hells Angels.
Photo d'archives
Jean-Philippe Célestin, un leader des Bleus proche des Hells Angels.

  

  • Également impliqué dans le proxénétisme et le trafic de stupéfiants.     
  • La police le dit très présent dans le Vieux-Montréal, dans le Village gai, le quartier des spectacles et au parc Émilie-Gamelin.      
  • Son leader, Jean-Philippe Célestin, a été incarcéré entre 2015 et 2019 pour avoir dirigé un réseau de trafic de cocaïne et de crack dont le chiffre d’affaires annuel dépassait le million de dollars.     
  • À l’automne 2019, la police a prévenu Célestin que sa tête avait été mise à prix par un autre chef de gang, Arsène Mompoint, qui a été tué par balles sur la réserve mohawk de Kanesatake en juillet dernier.        

À voir aussi