/news/transports
Navigation

[PHOTOS] Des travaux urgents à réaliser sur le pont Pierre-Laporte

Deux câbles doivent être remplacés en raison d’une «dégradation accélérée»

Le pont Pierre-Laporte doit subir une intervention avant l’arrivée de la neige pour remplacer deux câbles verticaux.
Photo d'archives Agence QMI, Marc Vallières Le pont Pierre-Laporte doit subir une intervention avant l’arrivée de la neige pour remplacer deux câbles verticaux.

Coup d'oeil sur cet article

Des entraves sont à prévoir à l’approche des Fêtes sur le pont Pierre-Laporte puisque le ministère des Transports (MTQ) doit remplacer avant l’hiver deux câbles verticaux qui ont connu une « dégradation accélérée ».

• À lire aussi: Le gouvernement écarte l’idée d’une voie réversible sur le pont Pierre-Laporte

• À lire aussi: [EN IMAGES] Le pont Pierre-Laporte continue de se dégrader

Le MTQ a constaté en octobre que deux câbles de suspente, un du côté est et un autre du côté ouest, s’étaient dégradés.

« Il a été décidé qu’il valait mieux les remplacer rapidement avant l’hiver », explique la porte-parole Émilie Lord.

Les nouveaux câbles sont actuellement en production. Leur installation sera lancée sans tarder dès leur réception, prévue vers la mi-décembre, car « l’accumulation de neige pourrait grandement nuire à l’intervention », a affirmé Mme Lord.

Le pont Pierre-Laporte doit subir une intervention avant l’arrivée de la neige pour remplacer deux câbles verticaux.
Photo Courtoisie, MTQ

Le pont Pierre-Laporte, qui a eu 51 ans ce mois-ci, compte 160 suspentes. Ce sont les tiges verticales entrelacées de fils d’acier qui relient le tablier du pont à ses deux immenses câbles porteurs.

Plus d’une dizaine ont déjà dû être remplacées depuis 2015. Il s’agit d’une situation attendue, dans la mesure où elles sont vieillissantes.

Des reproches

L’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) s’est saisie du dossier publiquement jeudi, au moment où elle amorçait des moyens de pression dans le cadre d’une négociation avec le gouvernement.

Le syndicat a donné son assurance au MTQ que sa grève de nuit et de fin de semaine n’aura aucun impact sur les travaux, mais regrette son empressement et lui reproche d’agir sur le tard.

Une inspection réalisée il y a un an avait mis en lumière des problèmes de corrosion sur la surface de certaines suspentes.
Photo Courtoisie, MTQ
Une inspection réalisée il y a un an avait mis en lumière des problèmes de corrosion sur la surface de certaines suspentes.

« À notre sens à nous, ça ne devrait pas être quelque chose qui nous arrive comme une surprise », a critiqué le président de l’APIGQ, Marc-André Martin, y voyant le reflet du « déficit d’expertise » dans la fonction publique qui inquiète son organisation.

« Ce genre d’infrastructure là, on se doit de le connaître sur le bout de nos doigts et ce n’est pas le cas présentement, vous en avez la preuve », soutient-il.

Le MTQ réfute l’idée qu’il aurait pris connaissance tardivement de la problématique, soulignant que l’intervention s’inscrit dans le cadre des travaux d’entretien, de métallisation et de sécurisation qui s’effectuent en continu sur le pont.

Le pont Pierre-Laporte doit subir une intervention avant l’arrivée de la neige pour remplacer deux câbles verticaux.
Photo Courtoisie, MTQ

Sécuritaire

Il certifie d’autre part que l’ouvrage demeure pleinement sécuritaire.

Un support temporaire a été installé pour faire supporter une partie de la charge du tablier sur les câbles porteurs, au lieu des suspentes.

De plus, les camions lourds ne peuvent actuellement utiliser la voie de droite de chaque direction pour une question « d’équilibrage ».

Le remplacement des deux câbles risque d’entraîner d’autres entraves, comme la fermeture d’une à deux voies par direction, durant quelques nuits. Elles seront précisées ultérieurement.

Le pont Pierre-Laporte doit subir une intervention avant l’arrivée de la neige pour remplacer deux câbles verticaux.
Photo Courtoisie, MTQ

Le dernier rapport d’inspection du pont Pierre-Laporte indiquait que l’ouvrage est toujours en bon état général, avec un « indice de comportement de la structure » élevé de 92,9 sur 100, mais qu’il nécessite des réparations.

Plusieurs signes de dégradation étaient relevés, comme de la corrosion, des fissures et des déformations à certains endroits, qui ne compromettent pas la sécurité des usagers.

On notait d’ailleurs certains brins cassés sous les plaques guides de quelques suspentes.

Le maire dit avoir confiance

Commentant ce dossier lors d’un impromptu de presse, le maire de Québec, Bruno Marchand, a dit être « rassuré » par les dispositions prises par le ministère des Transports et avoir « confiance » en lui et dans la compétence de ses spécialistes.

– Avec la collaboration de Taïeb Moalla

À VOIR AUSSI