/news/currentevents
Navigation

Un chirurgien esthétique de Montréal est radié cinq ans

Le Conseil de discipline veut dissuader ces comportements «très graves»

Coup d'oeil sur cet article

Un chirurgien esthétique de Montréal, qui ne montre aucun remords et continue de clamer son innocence malgré la gravité de ses actions, a été radié pour une période de cinq ans pour des gestes de nature sexuelle sur une patiente. 

• À lire aussi: Chirurgie plastique, pas juste pour l'esthétique

• À lire aussi: Les médecins spécialistes profitent du privé

« Dans les circonstances de la présente affaire, le Conseil considère qu’il n’a aucune autre alternative que d’imposer au Dr Chagnon une période de radiation temporaire d’une durée significative », a indiqué le Conseil de discipline du Collège des médecins du Québec dans une décision rendue au début du mois. 

Michel Chagnon, 62 ans, a été trouvé coupable devant le Conseil en juin dernier dernier d’avoir notamment exhibé ses parties génitales devant une patiente, en plus de s’être positionné de façon à lui faire sentir son érection tandis qu’elle devait se tenir pratiquement nue devant un miroir lors de rendez-vous en 2014 et 2015. 

L’identité de cette patiente est protégée par une ordonnance de non-publication.

« Le Conseil est en présence à la fois de propos abusifs à caractère sexuel, de gestes abusifs à caractère sexuel et d’attouchements sexuels multiples », peut-on lire dans le document de cour. 

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio : 

Aucun remords ou empathie

Or, malgré un enregistrement pris à son insu par la patiente où il lui admet être désolé, c’est un homme « sans aucun véritable remords » et qui n’a manifesté « aucune empathie » qui s’est présenté devant le tribunal, souligne le Conseil. 

Le sexagénaire aurait par ailleurs tenté de dépeindre la victime comme une personne « dérangée, manipulatrice et très sexuelle » lors de l’audience sur culpabilité. 

Car selon la version qu’il a maintenue en cour et que le Conseil a jugée « peu crédible », la victime lui aurait sauté au cou pour l’embrasser.

« Le Dr Chagnon est uniquement concentré sur les effets que le présent dossier aura sur lui-même, ses proches et sa carrière. Par conséquent, pour les membres du Conseil, [il] ne démontre pas qu’il a pris la pleine mesure de la gravité de son comportement », poursuit la décision.

De plus, la vulnérabilité de la victime au moment des faits ainsi que le « crescendo » des attouchements sont « très graves » et font « ombrage » à la profession, estime le Conseil. 

Planifié et prémédité 

« Les propos abusifs à caractère sexuel ainsi que les gestes abusifs à caractère sexuel n’ont rien de fortuits et sont même planifiés et prémédités », note-t-on.

Ainsi, dans un but de dissuasion, les trois membres du Conseil ont décidé d’imposer une radiation temporaire de cinq ans, ainsi qu’une amende de 2500 $. 

Durant les procédures, le chirurgien a indiqué qu’au-delà d’un ou deux ans de radiation, il mettrait fin définitivement à sa pratique, puisqu’il ne se voit plus rebâtir une clientèle après tout ce temps. 

« Le Conseil réitère que l’inconduite sexuelle est un comportement que la société ne tolère plus », a-t-il martelé dans la décision écrite. 

À voir aussi