/news/green
Navigation

Manifestation contre la construction d’un gazoduc en territoire Wet’suwet’en

Coup d'oeil sur cet article

Une manifestation visant à soutenir la communauté Wet’suwet’en, qui s'oppose à la construction d'un gazoduc sur son territoire, a rassemblé quelques centaines de manifestants, samedi après-midi, au centre-ville de Montréal. 

La Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC), qui a organisé l’évènement, a reproché à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) d’avoir récemment arrêté 40 membres de la communauté Wet’suwet’en, en Colombie-Britannique, qui bloquaient les chantiers de construction du gazoduc Coastal GazLink. 

«Vous n’avez aucun respect pour les Wet’suwet’en», s’est indignée Marlene, une femme de la nation Wet’suwet’en en visite à Montréal, s’adressant à la foule. Elle a appelé le premier ministre du Canada à prendre action et a rappelé que même si les élus du Conseil ont donné leur accord à ce projet de pipeline, les chefs héréditaires n’y ont jamais consenti. 

Les manifestants ont pris la rue un peu avant 15h sans avoir fourni leur itinéraire au Service de police de Montréal (SPVM). Le cortège et les policiers ont joué au chat et à la souris dans les rues du centre-ville. Ils sont notamment passés par la rue Sainte-Catherine, depuis le square Cabot, pour ensuite se diriger vers le boulevard René-Lévesque et la rue Saint-Antoine Ouest, bloquant la circulation aux voitures. 

La manifestation est globalement restée pacifique, même si des policiers ont poussé des manifestants à quelques reprises. Les manifestants ont, quant à eux, fait tomber au sol quelques cônes orange et des panneaux de signalisation. 

Avant même d’avoir commencé, vers 14h, des dizaines de policiers étaient devant les bureaux de la GRC, le point de rassemblement. 

Solidarité pour les Autochtones

«Alors que nos politiciens pourris nous disent avoir entamé une “réconciliation”, on envoie en toute impunité la GRC matraquer des membres de la nation Wet’suwet’en qui ne font que défendre leur territoire», a déploré Sarah, une militante anticoloniale. 

«Nous sommes ici en défense au peuple Wet’suwet’en qui est attaqué», a expliqué Connor Bennett du groupe étudiant Socialist Fightback. Selon l’étudiant à l’Université Concordia, il y a plusieurs similitudes entre les injustices que vivent les communautés autochtones et la classe ouvrière et elles doivent s’unir pour se battre. 

Un mouvement de soutien pancanadien sous le mot-clic #ShutDownCanada invite les citoyens à soutenir la communauté. Différents groupes étudiants et militants ont donné leur appui à la CLAC dans cette manifestation. Plusieurs moyens de contestation étaient organisés aujourd’hui partout au Canada. Une manifestation avait aussi lieu à Québec. 

Une longue lutte

À l’hiver 2020, la nation Wet’suwet’en avait érigé des barrages à l’entrée du chantier de construction de l’imposant projet énergétique. Le gazoduc passant directement sur leur territoire ancestral, des manifestations avaient eu lieu partout au Canada en soutien à la communauté autochtone de Colombie-Britannique. 

La signature d’un protocole d’entente au printemps 2020 entre les gouvernements fédéral, provincial et les chefs héréditaires wet’suwet’en avait réussi à calmer le jeu. 

Le projet Coastal GazLink a été approuvé par le gouvernement de la Colombie-Britannique et a obtenu un important soutien financier du fédéral. Le gazoduc de 675 km devrait transporter du gaz naturel du nord de Dawson Creek, dans le nord-est de la Colombie-Britannique, à Kitimat, sur la côte ouest.