/sports/soccer
Navigation

Séries éliminatoires en MLS: vers le carré d’as

MLS-SOC-SPO-NEW-ENGLAND-REVOLUTION-V-COLUMBUS-CREW-SC
Photo d'archives, AFP Le New York City FC devra avoir à l’œil Tajon Buchanan et Gustavo Bou lors de son match face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre cette fin de semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Il y avait 27 clubs au début de la saison de la MLS, il n’y en a maintenant plus que sept.

Après la demi-finale de l’Association Ouest entre les Timbers de Portland et les Rapids du Colorado, que Portland a remporté jeudi, on passe maintenant aux trois autres demi-finales qui vont déterminer les acteurs des deux finales d’Association.

Le premier de ces trois affrontements aura lieu dimanche après-midi à Kansas City où le Sporting (3e, 58 pts) accueillera le Real Salt Lake (7e, 48 pts) dans une reprise de la finale de 2013.

C’est déjà un petit miracle que Salt Lake soit toujours en vie puisque l’équipe de l’Utah a défait les Sounders de Seattle lors de la séance de tirs au but en première ronde.

De surcroît, le Real a accompli l’exploit de l’emporter en n’ayant obtenu aucun tir. Et non, on ne parle pas uniquement de tirs cadrés. Il n’y a eu aucun tir tenté. C’est un retour du karma pour Seattle qui avait vaincu le Toronto FC en finale en 2016 sans avoir cadré le moindre tir.

Tout à perdre

Quelques jours plus tôt, Kansas City a facilement écarté les Whitecaps de Vancouver, une équipe que l’on peut juger plus tenace.

Il y a une belle rivalité entre ces deux clubs et leur dernier rendez-vous en séries éliminatoires remonte à 2018 quand Kansas City l’a emporté en demi-finale d’Association.

Étrangement, Salt Lake l’a emporté à ses deux dernières visites au Kansas, mais ce n’est pas pour autant qu’ils peuvent prétendre réaliser un tour du chapeau. Kansas City n’a perdu que trois fois à la maison cette saison et a accordé une moyenne d’un but par match contre 1,88 but marqué. 

Qui plus est, le catalyseur de Salt Lake, Albert Rusnak, a raté le match à Seattle en raison de la COVID-19. Alors sera-t-il en uniforme ? Et si oui, dans quel état ?

Guerre de tranchées 

Dans l’autre match au programme dimanche, l’Union de Philadelphie (2e, 54 pts) recevra le Nashville SC (3e, 54 pts) et on peut s’attendre à une véritable guerre de tranchées.

Malgré une récolte de points identique, Philadelphie a terminé devant avec deux victoires de plus, mais Nashville est l’équipe de la MLS qui a subi le moins de revers cette saison avec quatre, contre huit pour Philadelphie.

On a affaire à deux excellentes défensives. Nashville a terminé au premier rang de la ligue avec 33 buts accordés, sur un pied d’égalité avec les Red Bulls de New York et les Sounders de Seattle. Philly est second avec 35, à égalité avec le Colorado.

C’est en milieu de terrain que cette confrontation risque de se régler puisque les deux équipes y exercent un jeu très serré.

Le jeu de Nashville s’articule autour de Hany Mukhtar, auteur de deux buts en première ronde contre Orlando. Si Philadelphie le contient, l’Union améliore nettement ses chances de l’emporter.

Quant à Nashville, en plus de devoir battre l’excellent gardien Andre Blake, il lui faudra aussi mettre un couvercle sur l’attaquant Kacper Przybylko et ça ne sera pas une tâche facile.

De l’attaque

Le dernier duel opposera finalement le New York City FC (4e, 51 pts) au Revolution de la Nouvelle-Angleterre (1er, 73 pts), au Gillette Stadium.

New York a écarté relativement facilement Atlanta en première ronde, mais en aura plein les bras avec la meilleure équipe de la MLS cette saison et surtout la meilleure attaque (65 buts).

Dans le camp de la Nouvelle-Angleterre, on respire la confiance et on est reposé à souhait. On compte aussi sur un trio d’impact en attaque avec Gustavo Bou, Carles Gil et Adam Buska, de quoi faire frémir la plupart des défensives de la MLS.

À eux trois, ils ont marqué 35 buts. De plus, Gil a été le meilleur passeur de la MLS avec 18 passes décisives.

Face à eux, New York City lancera dans la mêlée Valentin Castellanos, meilleur buteur de la saison avec 19 réussites. Voilà un beau contrat pour la défensive des Revs qui est menée par l’excellent Andrew Farrell.

La Nouvelle-Angleterre a établi un nouveau record de la MLS avec 73 points cette saison. C’est un argument de poids.