/finance/business
Navigation

Investissement majeur pour la chaîne Le Subtil

L’entreprise a profité de la pandémie pour s’adapter

(PHOTO COURTOISIE)
La complicité entre les sœurs jumelles La
Photo courtoisie Les sœurs jumelles Laurie et Mélanie Boivin incarnent la nouvelle génération de la chaîne de restaurants Le Subtil.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré la pandémie, les restaurants Le Subtil de la région de Québec ont investi un demi-million de dollars pour se doter d’une cuisine centrale plus grande où l’on prépare une nouvelle gamme de produits.

Les nouvelles installations, situées à Saint-Augustin-de-Desmaures, permettent de soutenir le plan de croissance de l’entreprise. Les lieux, plus vastes et mieux adaptés, sont utilisés pour cuisiner la gamme de produits Le Magasin, qui sont vendus dans chaque restaurant. 

Cette nouvelle gamme comprend tartinades, collations, soupes, accompagnements et desserts. 

« On a profité du temps de fermeture causé par la pandémie pour adapter certains de nos produits les plus populaires en format pour consommation à domicile. Ça fait des années que notre clientèle nous le demande. L’engouement se fait ressentir », mentionne Mélanie Boivin, copropriétaire de l’entreprise familiale et directrice des ressources humaines. 

Tournée vers l’avenir

Sa sœur jumelle Laurie et elle représentent la relève de la chaîne qui a été fondée par leur père et leur oncle. Leur mère s’implique aussi activement au niveau administratif. Tout le monde met la main à la pâte. Dans chaque restaurant Le Subtil, l’entreprise compte également sur le soutien de propriétaires-opérateurs. 

« On avait déjà une cuisine centrale avant. Ça fait 27 ans qu’on fonctionne de cette manière-là, mais on voulait s’installer en vue de l’expansion de l’entreprise », a ajouté Mme Boivin. 

Le Subtil compte quatre succursales, dont une à Lévis, et l’entreprise prévoit en ouvrir une nouvelle au cours de la prochaine année. 

Il ne faut pas se le cacher, la pandémie a apporté aussi son lot de défis.

« Comme tout le monde en restauration, on a été touchés, mais on a saisi l’occasion de manière positive. [...] Cela nous a permis de nous rendre compte qu’on n’était pas assez concentrés sur la part de marché que représente le take-out. »

Après quelques mois, les résultats obtenus avec la nouvelle offre de produits vendus dans la section Le Magasin sont au rendez-vous, assure Mme Boivin.

Au niveau des besoins de main-d’œuvre, l’entreprise estime qu’elle s’en tire plutôt bien.

« Pour être en restauration, il faut être très passionné et motivé. C’est beaucoup de travail, mais ça va vraiment bien. On regarde vers l’avenir », a-t-elle ajouté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.