/news/coronavirus
Navigation

Omicron: des symptômes étonnamment très différents de ceux du variant Delta

Coup d'oeil sur cet article

Les symptômes du variant Omicron de la COVID-19 semblent être bien différents de ceux du variant Delta, et seraient plutôt «légers», selon une docteure sud-africaine qui a vu plusieurs patients touchés par cette nouvelle souche qui inquiète de par le monde.

• À lire aussi: Londres convoque une réunion des ministres de la Santé du G7 pour s'attaquer au variant Omicron

• À lire aussi: Pfizer a déjà commencé à travailler sur une version du vaccin anti-COVID contre Omicron

• À lire aussi: Omicron: une 3e dose doit être proposée à tous les adultes au Royaume-Uni

La Dre Angelique Coetzee, présidente de l'Association médicale sud-africaine, a déclaré dimanche à la BBC qu'elle avait commencé à voir des patients présentant des symptômes «inhabituels» dès le 18 novembre dernier.      

Ces symptômes semblent être «extrêmement légers», selon cette médecin qui a sonné l’alarme dans son pays. 

«Cela a commencé avec un patient de sexe masculin âgé d'environ 33 ans... et il m'a dit qu'il était juste extrêmement fatigué ces derniers jours et qu'il avait des courbatures et des douleurs avec un peu de mal de tête», a-t-elle expliqué en entrevue à la BBC.

Le patient n'avait pas de mal de gorge, mais plutôt une sensation de «grattage» dans la gorge. Il ne présentait pas de toux ni de perte de goût ou d'odorat, des symptômes qui ont été associés à des souches précédentes du coronavirus.

  • Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur QUB Radio:

La Dre Angelique Coetzee a expliqué que le patient avait été déclaré positif à la COVID-19, tout comme sa famille. Elle précise qu’elle a vu plusieurs personnes présentant ces symptômes plus légers de la COVID-19 au cours de la même journée.  

Des collègues de cette médecin avaient aussi constaté ces symptômes chez de nombreux patients. 

«Ce que nous voyons cliniquement en Afrique du Sud, et rappelez-vous que je suis à l'épicentre là où je pratique, est extrêmement doux, pour nous ce sont des cas bénins. Nous n'avons admis personne, j'ai parlé à d'autres collègues à moi et ils me disent la même chose», a-t-elle ajouté.

Écoutez l’entrevue de Sophie Durocher avec Nancy Delagrave, coordonnatrice scientifique du collectif COVID-STOP sur QUB radio:

À voir aussi       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.