/news/provincial
Navigation

Grande Allée: une nouvelle organisation pour une meilleure promotion

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Jonathan Ollat, président du C.A.

Coup d'oeil sur cet article

Des gens d’affaires de la Grande Allée envisagent de délaisser le modèle associatif au profit d’une nouvelle Société de développement commercial (SDC) pour se donner les « moyens de [leurs] ambitions ».

• À lire aussi: Les proprios du Pub Ozone veulent faire revivre l’époque des discothèques dans Saint-Roch

L’association de commerçants Action promotion Grande Allée a amorcé une réflexion à ce sujet l’année dernière. Des démarches plus formelles ont été lancées il y a quelques semaines auprès de l’administration municipale dans le but de créer une nouvelle zone commerciale. Elle deviendrait la huitième SDC sur le territoire de Québec.

Selon le président du conseil d’administration Jonathan Ollat, les considérations sont d’abord d’ordre budgétaire.

À l’heure actuelle, le regroupement compose avec un budget limité. Il provient principalement des cotisations d’une trentaine de membres, dont plusieurs restaurateurs et hôteliers qui ont vécu des temps difficiles durant la pandémie.

Cela s’est avéré insuffisant pour maintenir en place une permanence. L’association n’a aujourd’hui aucun employé et n’a plus de directeur depuis le départ d’André Verreault il y a deux ans.

Nouveaux revenus

Le modèle de la SDC permettrait d’aller chercher des subventions pour aider le regroupement à couvrir ses frais fixes, à embaucher du personnel et à solidifier sa présence, affirme M. Ollat.

« C’est juste d’avoir les moyens de nos ambitions, soutient le copropriétaire du bistro L’Atelier et du restaurant Ophélia. On reste une artère qui est un phare pour Québec, mais à part quelques membres d’un CA qui font du bénévolat pour essayer de promouvoir et de faire vivre notre artère, oui, c’est sûr que d’avoir un budget, d’avoir justement quelque chose d’un peu plus étoffé pourrait nous permettre de rayonner encore plus, et c’est notre but. »

Tout en conservant sa vocation de promouvoir et d’animer l’artère commerciale, la nouvelle structure ouvrirait la porte à de nouveaux services pour les membres, petits et grands. De nouveaux types d’entreprises, comme des cabinets d’avocat, pourraient s’y joindre et amener plus de « diversité », selon M. Ollat.

Périmètre plus large

La nouvelle SDC couvrirait une zone plus large. Ses limites ont été proposées de façon préliminaire entre les avenues Briand et Turnbull et Honoré-Mercier, et du boulevard René-Lévesques à l’avenue Georges-VI.

Des discussions informelles avec des dizaines de commerces ont été réalisées, mais un inventaire plus complet des entreprises reste à faire. Un nombre suffisant devra appuyer le projet pour lui permettre d’aboutir. La nouvelle SDC pourrait voir le jour en 2022.

À VOIR AUSSI