/investigations/justice
Navigation

Crime organisé: l'acquittement de Leonardo Rizzuto confirmé

Leonardo Rizzuto
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Leonardo Rizzuto, que l’on voit ici au palais de justice de Montréal, lors de son procès à l’automne 2018.

Coup d'oeil sur cet article

La Cour d’appel maintient l’acquittement de Leonardo Rizzuto, l’un des présumés leaders de la mafia montréalaise, face à des accusations de possession de cocaïne et d’armes prohibées.

• À lire aussi: Crime organisé : Détention maintenue pour le caïd Raynald Desjardins

Le plus haut tribunal du Québec a rendu cette décision mardi en rejetant les arguments du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qui contestait ce verdict favorable au fils du défunt parrain Vito Rizzuto.

Avocat de profession, Leonardo Rizzuto a été inculpé de gangstérisme, de possession illégale de deux pistolets et de cinq sachets de cocaïne à la suite de l’opération Magot, en 2015.

Il a d’abord été acquitté de gangstérisme en février 2018, en même temps qu’un autre codirigeant du clan Rizzuto, Stefano Sollecito. Le juge Eric Downs, de la Cour supérieure, a alors exclu la preuve incriminante que la police a amassée contre eux par écoute électronique. 

Les enregistrements de ces conversations au bureau de l’ex-avocat Loris Cavaliere, où Me Rizzuto avait aussi son bureau, ont été déclarés illégaux. La méthode utilisée par la police ne permettait pas d’y respecter le secret professionnel entre avocats et clients.

Des armes sur le réfrigérateur

Le 25 février 2019, les avocats du Lavallois ont convaincu la juge Julie Riendeau, de la Cour du Québec, d’en venir à la même conclusion dans le second dossier.

C’est la même écoute électronique qui avait conduit à la perquisition au domicile de Me Rizzuto où les policiers ont saisi les armes prohibées et la drogue.

Les pistolets semi-automatiques aux numéros de série effacés – un Walther P99 de calibre .40, chargé, et un Browning de calibre 6.35 – étaient dissimulés au-dessus du réfrigérateur de la cuisine.

Les sachets contenant un total de 5 grammes de cocaïne se trouvaient dans une pochette d’un veston Hugo Boss.

La Cour d’appel a confirmé qu’à part le résultat « vicié » de l’écoute électronique, la police ne détenait pas d’autres motifs raisonnables ou suffisants lui laissant croire que Rizzuto gardait des armes et de la drogue chez lui.

« Pas nerveux »

Leonardo Rizzuto avait affirmé que ces accusations ne le rendaient « pas nerveux » durant l’interrogatoire qui a fait suite à son arrestation en novembre 2015 et dont notre Bureau d’enquête a diffusé des extraits en octobre dernier

On le voit lors de son interrogatoire suivant son arrestation, en novembre 2015.
Photo d'archives
On le voit lors de son interrogatoire suivant son arrestation, en novembre 2015.

À ce moment, il avait même dit qu’il soupçonnait les policiers d’avoir « planté » les armes et la drogue dans sa luxueuse résidence du quartier Sainte-Dorothée.

L’avocat de 52 ans est considéré comme l’un des ténors actuels du clan Rizzuto, qui est redevenu « le groupe criminel le plus puissant » de la province, d’après un récent rapport du Service du renseignement criminel du Québec consulté par notre Bureau d’enquête.  

– Avec Félix Séguin

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.