/news/currentevents
Navigation

«Tu veux-tu la vendre? Je peux te l’acheter»

Deux pimps avaient de sombres projets pour une mineure exploitée sexuellement

PALAIS - Benjamin DION
Photo Ben Pelosse Benjamin Dion subit son procès présentement au palais de justice de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Une ado qui aurait été forcée de se prostituer par deux jeunes est passée proche d’être envoyée dans de grandes villes canadiennes pour mieux remplir les poches de ses proxénètes, a-t-on appris à leur procès.

• À lire aussi: Ils avouent avoir diffusé des images pornos d’une ado

• À lire aussi: Secourue grâce à des vidéos: une esclave sexuelle mineure libérée par la police

« Un moment donné, il dit : “Ça fait pas beaucoup de clients. On en a fait deux, c’est de la merde”. Donc il commence à parler d’aller dans une autre ville, genre Toronto, Calgary, Edmonton », a affirmé Benjamin Dion, 20 ans, lors de son interrogatoire policier, qui a été présenté mardi.

On le voit en plein interrogatoire policier pendant lequel il a affirmé que son coaccusé Steve Bédard aurait voulu acheter la présumée victime.
Capture d'écran
On le voit en plein interrogatoire policier pendant lequel il a affirmé que son coaccusé Steve Bédard aurait voulu acheter la présumée victime.

Dion ainsi que Steve Bédard subissent présentement leur procès pour traite de mineure, proxénétisme, agression sexuelle et séquestration. 

Selon la Couronne, ils ont pris dans leurs griffes une ado et l’ont forcée à se prostituer dans un hôtel de l’est de Montréal.

La jeune fille de 17 ans au moment des faits a été sauvée par le Groupe tactique d’intervention de la police en août 2019, après avoir été alerté concernant des vidéos circulant sur les réseaux sociaux la montrant en train de se faire agresser sexuellement avec une imitation d’arme à feu.

En plein procès, Dion et Bédard, 27 ans, ont d’ailleurs plaidé coupables d’avoir produit et diffusé de la pornographie juvénile mettant en scène la victime.

Exploitée dans un hôtel

À la suite de son arrestation, Dion s’est toutefois rapidement mis à table avec les policiers, leur relatant ce qui a mené l’adolescente à se retrouver exploitée sexuellement dans une chambre d’hôtel.

Questionné par un enquêteur, il a expliqué sa relation avec la victime, qu’il dit avoir connue dans un centre jeunesse. 

Il a ensuite avoué être entré en contact avec Bédard, une connaissance qui s’affichait ouvertement sur les réseaux sociaux « avec des femmes », laissant peu de doute qu’il gravitait dans le milieu de la prostitution.

Après certains échanges, ils ont convenu de se rencontrer pour discuter plus amplement de ce qu’ils allaient faire avec l’ado.

À un moment dans l’interrogatoire, le sergent-détective lui a demandé s’il pouvait lui parler d’un « message assez important dans l’histoire ». 

« Il m’a dit : “Tu veux-tu la vendre ? Je peux te l’acheter” », a finalement reconnu Dion.

Ce dernier dit avoir refusé « parce que ça ne se fait pas » et qu’il ne voulait pas, selon lui, la faire « crisser à l’autre bout du monde ».

Mais plus tard, il a été question de « quitter Montréal », parce que la victime ne faisait « pas assez de clients », a-t-il indiqué.

« Il a commencé à parler de vol d’avion. Je vais “checker” les vols, c’est 450 piastres », a affirmé Dion.

Comme c’était trop onéreux, il a dit s’être plutôt tourné vers les options de trains. 

Fort heureusement, leur projet n’aura jamais pu se concrétiser.

 – Avec Michaël Nguyen  

  • Le procès se poursuit mercredi au palais de justice de Montréal.    

À voir aussi