/finance/business
Navigation

Chouchouter ses employés pour les garder

Chouchouter ses employés pour les garder
Crédit photo: Émélie Rivard-Boudreau / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Sorties en bateau, participation à des événements sportifs, visites de sites touristiques : le directeur général de la brasserie sportive La Cage, à Val-d’Or, fait des pieds et des mains pour faire aimer sa région à ses nouveaux cuisiniers tunisiens. 

Le 7 mai dernier, Dave Tremblay a accueilli trois cuisiniers de la Tunisie à son établissement. Après 14 jours en quarantaine, pandémie oblige, ils ont commencé leur premier quart de travail en plein vendredi soir. «Quand j’ai vu qu’ils étaient allumés de même, le lundi d’après, j’appelais le siège social pour leur dire que, s’il y en avait d’autres de libres, je prends tout ce que je peux.»

Chouchouter ses employés pour les garder
PHOTO COURTOISIE / Dave Tremblay

Ses recrues ont été repêchées juste avant le début de la crise de la COVID-19, lors d’une mission de recrutement de La Cage en Tunisie.

«Val-d’Or, c’était une ville de choix pour moi, nous a dit le chef cuisinier Zied Ben Hadj Massaoud, l’un d’eux, en entrevue. J’aime les petites villes, calmes, avec des forêts et des rivières. Et je préférais une petite ville pour une meilleure intégration.»

Le match était donc parfait. Depuis que Zied Ben Hadj Massaoud et ses deux compatriotes collègues sont arrivés, leur employeur leur a déniché un logement et planifié la logistique de leur quarantaine. Les nouveaux arrivants ont aussi été entraînés dans une série d’activités pour découvrir leur nouvelle région. Après la sortie en bateau, une visite dans un refuge d'animaux sauvages et la participation à une course à pied, une autre liste de sorties est planifiée pour l’hiver: patinage, raquette et pêche sur glace.

Chouchouter ses employés pour les garder
PHOTO COURTOISIE / Dave Tremblay

«Le cœur du resto, c’est la cuisine. C’est sûr que j’ai envie qu’ils restent parce qu’ils sont super bons. Mais mon but ce n’est pas seulement de faire une grande séduction. C’est qu’ils puissent s’intégrer, côtoyer différentes personnes et avoir du plaisir», nous a confié Dave Tremblay.

En contact avec d’autres cuisiniers recrutés en même temps que lui par La Cage, Zied Ben Hadj Massaoud constate sa chance. «Nous sommes les plus chanceux. Quand nous envoyons un message, il y a toujours quelqu’un qui est là pour venir nous chercher pour travailler. Les autres, ce n’est pas comme ça.»

L’engouement est tel qu’un quatrième cuisinier tunisien est arrivé à Val-d’Or à la fin du mois de septembre et trois autres devraient joindre l’équipe de la brasserie sportive d’ici la fin février.

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.