/opinion/columnists
Navigation

Comme si on n’avait pas assez de patentes à gosses

Periode des questions
Photo d'archives La cheffe du PLQ, Dominique Anglade

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, en plus de vouloir parler d’appropriation culturelle et de privilège blanc à l’école (une idée qui, j’en suis sûr, ravit les membres les plus radicaux et les plus crinqués de Québec solidaire), les militants du PLQ ont adopté ce week-end une motion visant à « dépolitiser » le système de santé. 

Au lieu d’être dirigé par le ministère de la Santé (qui, comme son nom l’indique, s’occupe de... santé), notre système de santé serait dirigé par un « organisme étatique indépendant ».

Regardez l'éditorial de Richard Martineau à QUB radio et LCN :

L’HYDRO-QUÉBEC DE LA SANTÉ

Juste comme vous pensiez que l’organigramme du ministère de la Santé et des Services sociaux était suffisamment compliqué comme ça, les libéraux de Dominique Anglade rêvent d’ajouter une autre structure bureaucratique au fouillis actuel !

Génial, non ?

Une autre patente à gosses qui s’ajouterait à toutes les patentes à gosses déjà existantes !

Comme si on n’avait pas assez de patentes à gosses comme c’est là !

Remarquez, c’est une solution typiquement québécoise. 

Au Québec, dès qu’un problème se pointe le bout du nez, shazam ! on invente une patente à gosses pour le régler !

« On est tanné des réformes à répétition », ont déclaré les Jeunes libéraux – qui non seulement ont poussé cette résolution, mais ont réussi à la faire adopter par la peau des dents (53 % pour, 46 % contre). 

Euh... Mais l’idée qu’ils proposent n’est-elle pas, en soi, une réforme ?

Je dirais même : la réforme des réformes ?

Et en quoi cet « Hydro-Québec de la santé » (qui serait dirigé par un conseil d’administration composé de civils et de professionnels de la santé) serait plus performant que l’actuel ministère de la Santé ?  

Les Jeunes libéraux ne savent-ils pas qu’un chameau est un cheval dessiné par un comité ? 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Et pourquoi, si l’on croit dur comme fer que le système de santé québécois se porterait mieux une fois libéré du « joug » de la machine politique, ne ferait-on pas de même avec le système d’éducation ?

Après tout, s’il y a un ministère qui a multiplié les réformes au fil des changements de gouvernement, c’est bien celui-là !

Donc, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Créons un Hydro-Québec pour le système de santé et un autre pour le système d’éducation ! 

  • Écoutez Richard Martineau avec Jean-François Lisée et Thomas Mulcair sur QUB radio:   

LIBÉRONS LE QUÉBEC !

Et après, on se demande pourquoi les gens vont de moins en moins voter...

Les membres du Parti libéral viennent de nous dire haut et fort que des membres d’un conseil d’administration qui ne seraient pas élus par la population feraient un meilleur boulot que des politiciens démocratiquement élus !

Pourquoi on irait voter, alors, si le gouvernement n’est pas assez bon pour diriger le réseau le plus important du Québec ?

Si la santé est trop importante pour qu’on la laisse entre les mains du ministère de la Santé, pourquoi n’en serait-il pas de même pour la justice ? L’économie ? La culture ?

Pourquoi ne dépolitiserait-on pas la machine au grand complet ? 

Si la politique est si néfaste qu’elle empêche le système de santé de fonctionner à plein régime, eh bien, libérons le Québec de la politique, alors ! 

Protégeons la province des idées de grandeur des politiciens !

Décidément, les libéraux ne savent plus quoi inventer pour se réinventer...