/news/currentevents
Navigation

[EN IMAGES] Une quatrième vidéo d’une intervention musclée, même policier impliqué

Coup d'oeil sur cet article

Autre vidéo, même policier impliqué. Les images d’une quatrième intervention violente d’agents du SPVQ ont été remises à des enquêteurs aujourd'hui par un couple dont l’homme a été malmené lors d’une soirée au District Saint-Joseph, en octobre.

• À lire aussi: Interventions controversées du SPVQ: une «onde de choc» à la police

• À lire aussi: Legault et Marchand veulent des réponses sur les arrestations musclées à Québec

• À lire aussi: [EN IMAGES] Voyez la vidéo complète de l’intervention du SPVQ au Portofino

L’événement est survenu peu avant minuit dans la soirée du 16 octobre. Le couple, qui souhaite garder l’anonymat par peur de représailles, se trouvait au District pour un anniversaire.

Plusieurs personnes présentes contrevenaient aux mesures sanitaires puisqu’elles dansaient, bien souvent sans masque.

L’impact contre le mur du corridor a fendu la tête de l’individu.
Photo courtoisie
L’impact contre le mur du corridor a fendu la tête de l’individu.

« Oui, on était illégal dans un sens, parce qu’on dansait et qu’on n’avait pas notre masque », admet la conjointe de l’homme pris à parti par les agents.

« S’ils nous avaient donné un ticket pour ça, on le prend et c’est fini, mais ce n’est pas ça qui est arrivé. »

Les images des caméras de surveillance montrent les policiers s’adressant à l’homme de 36 ans. Ce dernier indique avoir mentionné aux agents qu’il allait mettre son masque, mais ajoute croire que les policiers ne l’ont pas entendu en raison de la musique forte. C’est à ce moment que tout a dégénéré, selon lui.

  • Écoutez Jean-François Lisée et Thomas Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

Violemment poussé

« Je me suis tourné et penché pour atteindre mon masque qui était dans ma poche de manteau, un peu plus loin. Là, j’ai été poussé par un policier et je ne comprenais pas pourquoi », indique l’homme qui admet avoir été en état d’ébriété à ce moment.

Selon nos informations, les agents de l’escouade GRIPP se seraient présentés au District sans avoir été appelés au préalable.
Capture d'écran
Selon nos informations, les agents de l’escouade GRIPP se seraient présentés au District sans avoir été appelés au préalable.

L’individu s’est retrouvé alors dans le corridor où se connectent le District et la salle L’Impérial, située juste à côté. C’est à ce moment qu’un agent l’a projeté violemment contre le mur, où il s’est fendu la tête. 

« Mon chum a 36 ans, moi 41. On a deux enfants, on est propriétaires, on est deux jeunes professionnels, on n’a pas de dossier criminel, on n’était pas armés, on n’avait pas de drogue, on n’est pas liés à des groupes criminels. En quoi tout ça était nécessaire »? questionne la conjointe de l’homme qui a également souffert d’une commotion cérébrale pour laquelle il est toujours suivi. 

L’homme a finalement reçu une contravention de 255 $ pour avoir troublé la paix et a été reconduit à la maison, ensanglanté, par les policiers. Le couple, sous le choc, avait décidé de ne pas porter plainte, inquiet « de se battre contre la police ».

Les images des trois premières vidéos diffusées depuis le week-end ont cependant tout fait basculer. Horrifiée, la conjointe de l’homme violemment poussé contre un mur au District a reconnu un des agents impliqués dans les autres vidéos.

« Inconcevable »

« J’ai beaucoup de regrets de ne pas avoir parlé avant parce que ça aurait probablement pu éviter ce qui s’est passé ce week-end », soupire la dame, qui se questionne sur les comportements de ce policier.

« Pour moi, c’est inconcevable que quelqu’un d’aussi violent soit passé entre les mailles du filet d’un processus d’embauche. Ça en dit beaucoup », affirme celle qui dit avoir « perdu confiance en la police ».

D’après les informations recueillies par Le Journal, un policier impliqué dans cet événement fait effectivement partie des trois autres vidéos et serait déjà suspendu.  

 

  • Écoutez la rencontre Foisy-Robitaille avec Philippe-Vincent Foisy, Antoine Robitaille et Benoit Dutrizac sur QUB Radio: