/news/currentevents
Navigation

Legault et Marchand veulent des réponses sur les arrestations musclées à Québec

Photo Stevens Leblanc
Photo Stevens LeBlanc Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Legault et le maire Marchand ont tous deux plaidé jeudi pour une enquête approfondie qui permettra d’aller «au fond des choses» sur ce qui se passe à la police de Québec, après le dévoilement d’une quatrième vidéo d’intervention brutale.

• À lire aussi: Interventions policières controversées: le SPVQ fait le point

• À lire aussi: Nouvelle vidéo d’un policier du SPVQ impliqué dans les autres affaires

Lors d’une activité au Musée national des beaux-arts du Québec, les deux politiciens ont été interpellés sur une nouvelle vidéo dévoilée par Le Journal et qui implique vraisemblablement le même policier. 

Le maire de Québec, Bruno Marchand, a rencontré les journalistes en marge d’une annonce au Musée des beaux-arts du Québec et a commenté les derniers développements de la crise au Service de police de la Ville de Québec.
Photo Stéphanie Martin
Le maire de Québec, Bruno Marchand, a rencontré les journalistes en marge d’une annonce au Musée des beaux-arts du Québec et a commenté les derniers développements de la crise au Service de police de la Ville de Québec.

«C’est troublant de voir qu’il y a une, deux, trois, quatre vidéos, qu’il semble y avoir des interventions qui ne sont pas acceptables. Maintenant, il y a des policiers qui ont été suspendus. Il y a une enquête interne et une enquête de la commissaire à la déontologie qui est faite aussi. Je vais m’assurer, Geneviève Guilbault et moi on va s’assurer avec le maire de Québec et le SPVQ qu’on aille au fond de chaque dossier», a exprimé le premier ministre François Legault.   

  • Écoutez la rencontre Foisy-Robitaille avec Philippe-Vincent Foisy, Antoine Robitaille et Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Quelques minutes plus tard, le maire de Québec, Bruno Marchand, faisait écho à ses propos. «Chaque vidéo est insupportable. (...) il y a quelque chose là qui est signe d’un problème. Le chef de police doit s’adresser aux médias à 14h. On va attendre la suite. On a besoin d’une enquête approfondie, le premier ministre l’a dit. Tant qu’on n'ira pas au fond des choses on sera pas satisfait. C’est la même chose pour moi.»

Pour M. Marchand, il est clair qu'il «y a un problème avec certainement un ou quelques policiers qui nuisent à l'image et à l'ensemble de ce que les forces de l'ordre font à Québec.»

Le maire dispose d'un pouvoir de «surveillance, d’investigation et de contrôle», en vertu de la Loi sur les cités et villes, qui lui permet d'agir sur la police. Il n'a pas l'intention de s'en prévaloir. «À ce moment-ci, non. À ce moment-ci, je réitère ma confiance envers le chef de police, M. [Denis] Turcotte. Maintenant, on va suivre l'évolution des choses, mais présentement, il a ma totale confiance.»

Le maire a aussi été interpellé sur le fait que l'un des policiers impliqués semble utiliser des techniques de combat lors des interventions. Il a voulu être prudent et «attendre qu'on me confirme que c'est le même policier dans les quatre vidéos». «Mais de ce qu'on voit, et plusieurs intervenants l'ont dit, c'est pas ce qui est enseigné en techniques policières. On comprend que la police, dans des cas extrêmes, doit utiliser des choses qui sont nécessaires pour assurer sa protection. Mais dans chacune de ces vidéos-là, on n'est pas sûrs de ça.»

À VOIR AUSSI