/news/society
Navigation

Mont-Sainte-Anne: Alex Harvey et Mario Bédard pour faire bouger le gouvernement

Alex Harvey et Mario Bédard
Photo courtoisie Alex Harvey et Mario Bédard

Coup d'oeil sur cet article

Portée par l’ancien champion Alex Harvey et l’homme d’affaires Mario Bédard, une nouvelle coalition de citoyens inquiets pour l’avenir de la montagne veut faire pression sur le gouvernement du Québec afin d’assurer la survie du Mont-Sainte-Anne.

• À lire aussi: Avenir Mont-Sainte-Anne: nous méritons mieux

La coalition Avenir Mont-Sainte-Anne réunira des leaders politiques, des gens d’affaires, des représentants du milieu touristique et des athlètes de haut niveau pour éviter que ce « joyau naturel victime de sous-investissement chronique » ne périclite davantage. 

Un message à livrer

« Le groupe s’élargit et l’idée c’est d’avoir une voix qui va résonner plus fort, surtout auprès de la classe politique », explique Alex Harvey, originaire de Saint-Ferréol-les-Neiges.  

Dans les dernières années, le Mont-Sainte-Anne a souvent fait les manchettes pour les mauvaises raisons. Selon le groupe qui publie aujourd’hui une lettre ouverte, la montagne a atteint un seuil critique et la situation ne peut plus durer. 

« Il faut passer à une vitesse supérieure. La grogne n’a pas diminué et plusieurs personnes sont dans l’incertitude quant au début de la saison. Les tuiles ne cessent de s’accumuler sur la station et les problèmes surviennent en raison d’un manque d’entretien », ajoute l’ancien champion du monde de ski de fond. 

Rien depuis 20 ans

« Aucun réinvestissement significatif dans les infrastructures et les activités de la station n’y a été fait par le gestionnaire en place depuis 1998. Résultat : des installations dégradées, un potentiel récréotouristique largement sous-exploité, une réputation qui se détériore année après année, sans compter les risques pour la sécurité des usagers », peut-on lire dans leur lettre. 

L’objectif sera désormais de faire pression sur le gouvernement du Québec qui peut agir puisque l’État, selon eux, possède tous les leviers nécessaires pour corriger la situation.  

« Le temps presse. Nous méritons mieux. Et nous le répéterons jusqu’à ce que notre voix soit entendue et que des gestes concrets soient posés », disent-ils. 

Outre Mario Bédard et Alex Harvey, la coalition compte notamment sur l’appui du négociateur Yvon Charest, de Steeve Lavoie, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, de la skieuse olympique Laurence St-Germain, ainsi que de plusieurs anciens maires et mairesses du secteur. 

Divers projets d’investissements ont déjà été présentés par le gestionnaire, Resorts of the Canadian Rockies (RCR), sans qu’aucun ne se concrétise. 

« Désolant »

Enfin, l’ouverture du Club Med au Massif de Charlevoix et les millions de dollars d’investissements à une vingtaine de minutes de route n’aideront pas à réduire les insatisfactions si rien n’est fait à Beaupré. 

Au Mont-Sainte-Anne, la saison de ski pourrait être lancée une fois de plus sans la télécabine puisque les travaux sur la remontée principale de la station ne sont pas terminés. 

« C’est juste désolant pour les utilisateurs qui sont impuissants », termine Alex Harvey.