/entertainment/events
Navigation

Musée national des beaux-arts du Québec: «Un moment historique de la philanthropie»

Espace Riopelle permettra de rapatrier à Québec des œuvres qui sont à Toronto et Vancouver

Coup d'oeil sur cet article

Grâce à la construction de l’Espace Riopelle à Québec, des dizaines d’œuvres de Jean-Paul Riopelle qui se trouvent présentement à Toronto et Vancouver, chez les riches collectionneurs Pierre Lassonde et Michael J. Audain, seront rapatriées et conservées au Québec.

• À lire aussi: L’art américain du XXe siècle en vedette à l’été 2022

• À lire aussi: 143 millions $ à la gloire de Riopelle

« Il fallait que cette collection soit rapatriée au Québec et fasse partie du patrimoine », se réjouit Jean-Luc Murray, directeur général du Musée national des beaux-arts du Québec, où sera réalisé le projet de 143 millions de dollars.

La valeur des 68 toiles léguées au MNBAQ par les deux mécènes s’élève à 100 millions de dollars, une somme à laquelle la Fondation Jean-Paul Riopelle, créée par M. Audain, ajoute 20 M$ pour la construction.

Pierre Lassonde
Photo Stevens LeBlanc
Pierre Lassonde

« C’est un moment historique de la philanthropie au Québec », s’est enflammé Pierre Lassonde.

Les girouettes en folie - la nuit - le jour. (Legs de Yseult Riopelle)
Photo courtoisie
Les girouettes en folie - la nuit - le jour. (Legs de Yseult Riopelle)

Yseult Riopelle, la fille du peintre décédé en 2002, à L’Isle-aux-Grues, a aussi fait don de deux toiles.

Des œuvres à partager

Michael J. Audain
Photo Stevens LeBlanc
Michael J. Audain

Chaudement applaudi lors de la conférence de presse, jeudi, au MNBAQ, l’homme d’affaires octogénaire Michael J. Audain, qui a fait fortune dans l’immobilier en Colombie-Britannique, a déclaré qu’il était important pour lui de partager les œuvres qu’il possède avec le public.

« Les œuvres d’art vont vivre longtemps après nous, alors nous devons les partager », a-t-il dit.

Iceberg no III.  (Legs de Michael J. Audain)
Photo courtoisie
Iceberg no III. (Legs de Michael J. Audain)

Jean-Luc Murray salue son geste. « J’ai vu les œuvres de M. Audain à Vancouver, dans son salon et dans sa chambre à coucher. Je sais de quoi il se prive. »

Les années 1950

Le corpus cédé au musée comprend majoritairement des tableaux de Riopelle datant des années 1950.

15 Chevaux Citroën. (Legs de Pierre Lassonde)
Photo courtoisie
15 Chevaux Citroën. (Legs de Pierre Lassonde)

« C’est la grande période de Riopelle, les mosaïques, les œuvres très texturées. Cette période constitue le gros de leurs collections. Ce sont de très grands formats. L’idée du pavillon est d’avoir une approche dans la contemplation. »

Défilé. (Legs de Pierre Lassonde)
Photo courtoisie
Défilé. (Legs de Pierre Lassonde)

Comme le pavillon Lassonde, ouvert en 2016, les instigateurs de l’Espace Riopelle miroitent une architecture audacieuse pour la nouvelle aile du MNBAQ, précise M. Murray.

« On veut un bâtiment qui s’intègre bien à l’écosystème du musée. Le choix du pavillon central nous semblait judicieux. On va pouvoir créer un carrefour plus efficace avec des espaces publics modernisés et surtout des espaces d’expo dédiés à Jean-Paul Riopelle. »