/news/politics
Navigation

Loi 21: création d’une Direction de la laïcité de l’État

Un programme d’aide voit aussi le jour au Québec

Le ministre, Simon Jolin-Barrette
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Le ministre, Simon Jolin-Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault a mis sur pied une nouvelle Direction chargée de veiller à l’application de la loi 21 sur la laïcité de l’État, une nouvelle instance qui aura aussi pour mission de développer l’expertise gouvernementale en la matière.

• À lire aussi: La loi sur la laïcité n’a pas «d'intention raciste», selon Gabriel Nadeau-Dubois

«À ce jour, aucune instance, au sein de l’État québécois, n’était exclusivement affectée à la laïcité», explique le cabinet du ministre responsable de la Laïcité, Simon Jolin-Barrette.

Cette nouvelle direction regroupera pour l'instant quatre personnes, soit un directeur, deux professionnels et un technicien. «C'est un premier pas», a-t-on expliqué à notre Bureau parlementaire. 

Un nouveau programme d'aide, baptisé «Programme d'appui à la laïcité» voit aussi le jour. Adressé aux organismes comme aux chercheurs, ce programme doté d'un budget annuel de 100 000$ aura pour but de permettre une meilleure diffusion et une meilleure vulgarisation des connaissances sur la laïcité auprès du grand public et de la communauté scientifique. 

«Avec l’adoption de la Loi sur la laïcité de l’État, la nation québécoise s’est dotée d’un mode d’organisation des rapports entre l’État et les religions qui reflète son parcours historique, ses valeurs sociales distinctes et ses aspirations collectives», a déclaré le ministre Jolin-Barrette dans un communiqué.

Mandat

La nouvelle Direction de la laïcité aura notamment pour mandat : 

  • d’assurer un rôle-conseil auprès du ministre responsable ; 
  • de soutenir les ministères et les organismes dans l’application de la Loi sur la laïcité de l’État ; 
  • de maintenir une expertise de pointe, avec une veille stratégique en matière de laïcité ; 
  • de produire divers documents d’analyse relatifs à sa mission ; 
  • de coordonner le Prix de la laïcité Guy-Rocher, lancé le 5 mars dernier et décerné tous les ans, qui a pour objectif de saluer la contribution actuelle ou passée d’une personne, d’un organisme ou d’un regroupement en faveur de la laïcité.