/investigations/politics
Navigation

Oups ! 100 000 $ versés par erreur au parti de Coderre

La Ville de Montréal a fait un transfert d’argent à la mauvaise formation politique

GEN - DENIS CODERRE REN CONTRE SES CANDIDATS
Photo Martin Alarie Lors de l’annonce de son départ de la vie politique municipale, le 12 novembre, le candidat à la mairie défait Denis Coderre a affirmé que la dette de son parti était réglée, mais il n’a jamais évoqué l’argent versé en trop par la Ville de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal a dû revoir ses procédures après avoir versé par erreur près de 100 000 $ au parti Ensemble Montréal de Denis Coderre, en pleine campagne électorale, a appris notre Bureau d’enquête. 

• À lire aussi: Élections municipales: Coderre boudé même dans ses forteresses

• À lire aussi: Élections municipales: 39 erreurs majeures lors du dépouillement du vote à Montréal

« Lors du traitement des demandes de remboursement des dépenses de recherche et de soutien, une erreur dans la saisie des données a occasionné un paiement erroné de 98 684 $, fait par dépôt direct, dans le compte du parti Ensemble Montréal », confirme Gonzalo Nunez, porte-parole de la Ville de Montréal.

La Ville verse régulièrement des sommes aux cabinets politiques pour payer des dépenses de fonctionnement des cabinets, comme les salaires du personnel politique. Ces sommes sont calculées en fonction du nombre d’élus dans chaque parti.

C’est l’équipe de la mairesse Valérie Plante, Projet Montréal, qui devait recevoir le montant de près de 100 000 $ à la fin octobre, mais le service des finances de la Ville l’a envoyé au mauvais parti politique.

Corriger la situation

Ensemble Montréal a remboursé ce montant en totalité à la fin novembre, a confirmé la Ville, qui promet d’apprendre de cette erreur administrative.

« Le Service des finances a procédé à un examen de son processus [...] afin de renforcer ses contrôles internes financiers, car présentement, le traitement est fait de façon manuelle. Des mesures techniques supplémentaires ont déjà été prises pour éviter qu’une telle situation se reproduise », affirme M. Nunez.

Quelques jours avant que son parti ne rembourse ce montant important, le chef d’Ensemble Montréal, Denis Coderre, avait indiqué que la lourde dette du parti était réglée « à quelques dollars près ». 

« On a réglé la dette aussi, donc avec le remboursement de la campagne électorale », déclarait M. Coderre le 12 novembre, au moment d’annoncer qu’il quittait la vie politique.

Ensemble Montréal assure que le 100 000 $ qu’elle avait reçu en trop à ce moment-là n’était pas inclus dans le calcul fait par Denis Coderre. 

« Ce montant n’a jamais fait partie de nos projections financières. Le parti n’a jamais considéré utiliser l’argent versé par erreur à d’autres fins », assure le responsable des communications d’Ensemble Montréal, Thomas Marchand.

Une lourde dette

À la fin de l’année dernière, Ensemble Montréal traînait une dette de plus de 400 000 $. 

Il s’agit essentiellement d’emprunts faits à des élus et anciens candidats variant entre 2000 $ et 5000 $. Certaines sommes sont dues depuis la fondation du parti, en 2013. 

D’anciens membres du parti ont d’ailleurs peiné à se faire rembourser.

C’est le cas de l’ex-conseillère Cathy Wong, qui s’est adressée à la cour l’an dernier pour récupérer un peu plus de 5000 $. 

Le dossier n’est toujours pas réglé. 

À voir aussi