/finance/business
Navigation

Voir venir les inondations pour mieux s’y préparer

Selon le PDG de Geosapiens, un Québécois sur cinq habite dans une zone à risque

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le président-directeur général de Geosapiens, Hachem Agili, dans les bureaux de l’entreprise qu’il a cofondée, à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Les inondations monstres qui frappent la Colombie-Britannique depuis deux semaines ne sauraient mieux illustrer le type de catastrophe naturelle auquel le Canada, comme le reste de la planète, risque de se voir confronté de plus en plus fréquemment avec les changements climatiques.

• À lire aussi: Don de 200 000 $ pour la Colombie-Britannique

• À lire aussi: Plus d’un demi-million d’animaux morts dans les inondations

• À lire aussi: 22,5 degrés en décembre: nouveau record de chaleur dans l'Ouest canadien

L’équipe de Geosapiens, une jeune entreprise du centre-ville de Québec, croit détenir une part de la solution à ce problème grâce au développement de programmes de modélisation informatique permettant de prévenir ces événements sur un territoire donné et ainsi aider ses victimes plus efficacement.

« Voir venir un tel événement extrême, s’y préparer ne serait-ce que quelques jours ou heures à l’avance, peut faire toute la différence, tant sur le nombre de vies humaines sauvées que sur l’importance des dégâts matériels », affirme son PDG, Hachem Agili.

La Colombie-Britannique, qui a requis l’aide d’urgence des Forces armées canadiennes, n’est toujours pas en mesure d’évaluer l’importance des travaux que nécessitera la reconstruction des infrastructures (autoroutes, ponts, résidences...) détruites. Mais à coup sûr, ils se mesureront en milliards de dollars. 

Sainte-Marthe et les autres

Hachem Agili n’a jamais été victime d’inondation, ni de près ni de loin. Cela ne l’a pourtant pas empêché de développer une passion pour le phénomène au cours d’études en géomatique et de travaux à l’Institut national de recherche scientifique (INRS).

Avec six collègues, il décide en 2017 de fonder son entreprise, attirant vite l’attention. La même année, 6000 résidents de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, aux abords du lac des Deux-Montagnes, fuient en pleine nuit après qu’une digue a cédé.

Les inondations dans 300 municipalités du Québec en 2017 et en 2019 auront contribué à cet intérêt.  

Depuis, grâce au soutien de municipalités, de Québec et d’Ottawa, Geosapiens a développé une plateforme web baptisée E-Nundation permettant une cartographie prévisionnelle et en temps réel des risques d’inondation. 

En plus, Geosapiens travaille au développement d’un service d’alerte prévenant ses clients d’un désastre à venir (trois jours d’avance) et même d’obtenir des indications quant aux lieux et moyens (nombre de sacs de sable requis) pour protéger les quartiers, infrastructures ou immeubles les plus à risque.

Un risque ignoré de la plupart

Au Québec, l’entrepreneur de 33 ans soutient qu’un citoyen sur cinq habite une zone inondable et 700 municipalités sont à risque de subir des inondations. Ces informations sont peu connues du public ; seuls 6 % des Québécois vivant dans des zones à risque d’inondation en seraient conscients.

Les compagnies d’assurance, normalement peu enclines à la couverture du moindre risque d’inondation, se montrent aussi intéressées. « Grâce aux données d’E-Nundation, les assureurs seront éventuellement en mesure d’offrir des couvertures à risque et coûts acceptables tant pour eux que pour leurs clients », explique-t-il.

En raison de la pénurie de main-d’œuvre, l’équipe de géomaticiens, géologues, hydrologues et autres spécialistes qui composent la jeune entreprise est répartie dans quatre provinces différentes. 

Qu’à cela ne tienne, d’ici deux ans, Geosapiens prévoit quadrupler de taille pour atteindre une trentaine d’employés. 

Geosapiens en bref   

  • Année de fondation : 2017 
  • Activité : analyse et gestion des risques d’inondation 
  • Actionnaires : Karem Chokmani, Hachem Agili, Sébastien Raymond 
  • Nombre d’employés : 7 

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.