/entertainment/movies
Navigation

«West Side Story»: «L’expérience la plus délicieuse après "E.T."», dit Steven Spielberg

«West Side Story»: «L’expérience la plus délicieuse après "E.T."», dit Steven Spielberg
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a que Steven Spielberg pour oser s’attaquer à «West Side Story», comédie musicale mythique, présentée à Broadway en 1957, portée au grand écran en 1961 par Robert Wise et lauréate de 10 Oscars. 

Cela fait six ans que l’idée trotte dans la tête de Steven Spielberg, mais il a eu des doutes pendant longtemps. Car, comment refaire cette histoire – inspirée de «Romeo et Juliette» – sur les amours contrariées pour cause d’affiliation à des gangs de rue différents de Maria (Rachel Zegler), une Portoricaine, et Tony (Ansel Elgort), un Américain, dans le New York des années 1950?

«J’ai rencontré Stephen Sondheim [parolier des chansons de la comédie musicale, décédé le 26 novembre dernier] à la première de "Sweeney Todd - Le diabolique barbier de Fleet Street" puisque ma compagnie avait produit le film, puis, je l’ai vu à nouveau à la Maison-Blanche lorsque nous avons reçu la médaille présidentielle de la Liberté», a dit Steven Spielberg.

«Je voulais lui dire que j’avais une envie terrible de faire une version de "West Side Story", mais je n’y suis pas arrivé. Finalement, j’ai pris mon courage à deux mains et je lui en ai parlé et j’ai pu alors le rencontrer et faire la connaissance des autres ayants droit des chansons. Steve s’est impliqué au moment de l’enregistrement des chansons avant le tournage. Il était assis à mes côtés durant les trois semaines en studio», a-t-il expliqué lors d’une rencontre de presse virtuelle à laquelle l’Agence QMI a participé.

«West Side Story»: «L’expérience la plus délicieuse après "E.T."», dit Steven Spielberg
AFP

La caution de l’original...

Steven Spielberg a confié l’écriture du scénario à Tony Kushner, avec qui il travaille depuis des années, les deux hommes en étant à leur quatrième film ensemble.

«Quand Steven m’a demandé de participer à cette folie, je me suis dit que c’était impossible. J’adore le film de 1961, qui est un chef d’œuvre. J’en ai parlé à mon mari qui m’a conseillé de me débarrasser du personnage de Doc, le patron de Tony, le propriétaire de la pharmacie du quartier et de le remplacer par sa veuve, une Portoricaine, et de la faire jouer par Rita Moreno.»

Interprète d’Anita, la meilleure amie de Maria, dans le long métrage de 1961, Rita Moreno a reçu un Oscar pour sa prestation et a, non seulement accepté le rôle, mais est également l'une des productrices de ce «West Side Story».

«J’ai eu un moment difficile pendant le tournage, lors de ma scène avec Anita, jouée par Ariana DeBose. C’était presque sinistre. Je la regardais et j’avais toute la misère du monde à rentrer dans mon rôle de Valentina.»

«West Side Story»: «L’expérience la plus délicieuse après "E.T."», dit Steven Spielberg
AFP

Aux États-Unis, les scènes en espagnol ne sont pas sous-titrées, «une question de respect» de souligner Steven Spielberg, le film abordant de front les questions du racisme et de la couleur de la peau, toujours d’actualité.

«Je veux aussi que les anglophones et les hispanophones assis dans la salle rient à différents moments et qu’ils s’entendent rire. Nous sommes définitivement un pays bilingue», a poursuivi le cinéaste.

Amateur de «West Side Story» depuis son plus jeune âge – ses parents avaient acheté le disque et le petit Steven se le passait quasiment tous les jours dans sa chambre –, il a admis avoir «sauté de joie, m’être levé de mon siège pour très mal danser et chanter faux pendant les répétitions. Il y avait une telle force vitale de danse et de chants dans l’atmosphère avec les chorégraphies géniales de Justin Peck qui mettent en valeur la musculature des danseurs! Mais pas pendant le tournage. J’étais trop attentif à ce que nous filmions, les yeux rivés sur le moniteur.»

«Le tournage de "West Side Story" est l’expérience la plus délicieuse et familiale que j’ai eue après "E.T.". Pendant ‘"E.T.", j’avais l’impression d’être le père de tous ces acteurs, ce que je n’étais pas à l’époque. "E.T." m’a donné envie d’être père et mon premier enfant est né trois ans plus tard. Et "West Side Story" est la seconde fois où j’ai eu l’impression de faire partie d’une famille diversifiée. Je n’étais pas au centre de la famille, j’en étais une composante.»

Et, pour Steven Spielberg, «le film est une célébration du fait d’être vivant, et c’est un film sur la nécessité du dialogue avant que la tragédie frappe.»

  • «West Side Story» arrive sur tous les écrans de la province dès le 10 décembre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.