/weekend
Navigation

«Je fais de l’humour dans la liberté»

Ghislain Taschereau
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Ghislain Taschereau a une carrière d’une trentaine d’années en humour, fait partie de bandes de comiques ayant marqué la télévision et sera à jamais associé au personnage de Bob Binette. Il se consacre désormais à l’écriture à temps plein ; un mode de vie et de création qui lui sied bien.

Ghislain Taschereau aura 60 ans en 2022. Et ce n’est certainement pas l’âge qui l’empêchera d’être aussi irrévérencieux qu’à ses débuts. Au contraire, celui qui fut comédien, narrateur et réalisateur a trouvé le boulot parfait pour faire vivre sans compromis tous les personnages lui trottant dans la tête. 

« Je veux écrire deux livres par année jusqu’à ce que mort s’ensuive, explique en riant celui qui a fondé sa propre maison d’édition, Les Éditions de l’Individu. L’écriture, c’est pas mal tout ce que je veux faire. C’est la forme de création qui offre le plus de liberté et la forme de communication qui se rapproche le plus de la télépathie. Lorsque j’écris, j’épure mes réflexions, j’y vais le plus directement possible. »

S’attendait-il – après avoir été présent à la télévision pendant des années avec les émissions humoristiques 100 Limite, Les Bleu Poudre et Taquinons la planète – à devenir un jour éditeur et auteur ? 

« Pas du tout ! Mais je suis fier de mes livres. Je me fais plaisir et ç’a toujours été cela ma façon de faire : je m’arrange pour être fier de moi et pour faire des affaires qui ne ressemblent à rien. »

Et on peut dire que les courts romans « amouristiques » qui composent la série HilareCoquin (il s’amuse avec les codes du roman Harlequin) ne ressemblent joyeusement à rien ! Après avoir publié sept romans chez différents éditeurs – dont la trilogie de l’inspecteur Specteur qui s’est vendue à plus de 60 000 exemplaires –, l’auteur revient avec cette collection dont le jeu avec la forme, autant qu’avec le fond, le fait vibrer. 

Tordre les clichés 

Il y a d’abord eu Les dents de l’amour en 2020, puis L’amour sous toutes ses coutures, le roman qu’il est venu présenter au dernier Salon du livre. 

Ghislain Taschereau
Photo courtoisie

« Je revisite des personnages célèbres avec une touche humoristique, comme Dracula et Frankenstein, poursuit celui qui allait s’isoler au chalet de François Pérusse pour travailler à ses premiers écrits. Je tords des clichés de ces personnages. Je vais au bout du vampirisme ou de la reconstruction du corps. »

Merci aux temps libres imposés par la pandémie, ce n’est pas un, mais bien deux nouveaux romans que celui qui promet de ne jamais se censurer a écrits l’hiver dernier.  

« Avec l’écriture, je me retrouve sans contrainte, j’ai juste besoin d’un papier et d’un crayon, et je peux tout faire », dit l’auteur qui s’attaquera au Tarzan « homme blanc élevé dans la jungle » dans son prochain livre dont la publication est prévue pour février.

Et s’il sait qu’il existe un certain snobisme entourant humour et littérature – dans le monde littéraire et auprès des libraires –, cela ne l’empêchera pas de prendre le tout en riant, tout en se donnant un mandat d’éducation populaire. Car faire rire, à la télé comme entre les pages d’un roman, est un travail sérieux. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.