/news/health
Navigation

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale peine à recruter des bénévoles

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie a donné un dur coup dans les rangs des bénévoles du CIUSSS de la Capitale-Nationale, qui peine à recruter assez de gens pour combler tous les besoins.

Avant la pandémie, le CIUSSS comptait 1200 bénévoles. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 350.

Ils sont affectés partout dans le réseau, autant dans les CHSLD que dans les centres de réadaptation ou les centres psychiatriques.

Pour Hugo Fitzback-Fortin, bénévole et étudiant en psychologie, donner de son temps lui est tout aussi bénéfique qu’aux usagers.

«C’est du contact un à un. Il n’y a pas de nature clinique, ce n’est pas thérapeutique, tu ne développes pas la même relation que tu aurais si tu avais une profession derrière tout ça. Je trouve que tu as un meilleur contact avec l’humain», croit le jeune homme.

Rebeca Schucman est aussi bénévole au CIUSSS. D’origine brésilienne, elle estime que cela lui permet de comprendre la culture québécoise autrement.

«Je fais des activités de loisirs, et comme ça, j’ai la chance d’apprendre sur la culture, les artistes, la télé, d’une façon qui est vraiment dans la culture. Ce n’est pas comme un touriste qui apprend avec des gens qui explique. C’est vrai, c’est tellement merveilleux», a-t-elle confié.

Ceux et celles qui souhaitent devenir bénévoles peuvent envoyer leur candidature directement sur le site web du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.