/news/health
Navigation

Un bambin de 4 mois se bat comme un champion

Né avec cinq malformations, Roman a été opéré trois fois au cœur

Roman Comeau
Photo courtoisie Roman, 4 mois, garde tout de même le sourire.

Coup d'oeil sur cet article

Un bambin de quatre mois mène le combat de sa vie dans un hôpital de Québec après être né avec cinq malformations cardiaques.

Roman Comeau est né dans un centre hospitalier de Sherbrooke le 25 juillet, six semaines plus tôt que prévu. 

« Nous avons su, lors de ma grossesse, qu’il aurait une malformation cardiaque, mais pas en détails par contre », explique Jessica Tremblay-Fortin, la mère du petit Roman.

Roman Comeau avec sa mère Jessica Tremblay-Fortin, son père, Vincent Comeau, et sa sœur Mia.
Photo courtoisie
Roman Comeau avec sa mère Jessica Tremblay-Fortin, son père, Vincent Comeau, et sa sœur Mia.

La famille est retournée à la maison quelques semaines après la naissance de Roman. Mais en octobre, son état s’est dégradé alors qu’il faisait des crises d’hypertension pulmonaire. Il a donc été transféré au CHUL le 17 octobre. Il y est depuis.

Ce n’est pas une, mais cinq malformations qui ont été découvertes sur le petit cœur du bambin au centre hospitalier du secteur de Sainte-Foy. Il a donc subi une première opération de correction à l’artère pulmonaire le 25 octobre, à seulement trois mois. 

« Mais Roman n’allait pas mieux. Il a donc été opéré de nouveau le 18 novembre », poursuit la mère. 

Cette chirurgie avait pour but de corriger deux valves.

Malheureusement, l’une d’elles était trop endommagée et la correction de l’autre a échoué.

Un simulateur cardiaque

Il a donc reçu une valve mécanique pour pallier le premier problème et le temps dira s’il pourra résister au second.

Et comme si ce n’était pas suffisant, l’électricité de son cœur a failli, ce qui a entraîné une troisième opération le 25 novembre pour l’implantation d’un stimulateur cardiaque.

Le bébé à la suite de l’une de ses trois chirurgies cardiaques.
Photo courtoisie
Le bébé à la suite de l’une de ses trois chirurgies cardiaques.

« S’il ne tolère pas la fuite de sa valve, nous allons devoir aller la réparer. S’il la tolère, nous espérons nous rendre jusqu’à ses 3 ou 4 ans avant une autre réparation », explique la mère.

Depuis, c’est l’incertitude sur la direction que prendra l’état de santé de Roman.

« C’est loin d’être évident, car on n’a rien d’écrit noir sur blanc. Je reste à son chevet 24 heures sur 24 », poursuit Mme Tremblay-Fortin.

D’autres impacts

Le quotidien de la petite famille, éloignée de la maison, est loin d’être facile.

Roman a une grande sœur de 8 ans qui a dû changer d’école, puisque toute la famille a déménagé temporairement chez un membre de la famille, à Québec. Elle compte y déménager définitivement.

Malgré tout, les proches de Roman s’accrochent à l’espoir, alors qu’il se bat comme un champion.

« C’est lui qui nous donne la force de tenir autant ! Il est si impressionnant, si combattant », laisse tomber la mère.

3 chirurgies pour 5 malformations  

  • L-TGV : transposition des gros vaisseaux corrigés  
  • CIV et CIA : communication interventriculaire et interauriculaire qui entraînent une circulation anormale du sang 
  • Sténose pulmonaire : rétrécissement de l’ouverture de la valvule pulmonaire qui bloque (obstrue) le passage du sang  
  • Fuite de la valve tricuspide 
  • Fuite de la valve mitrale