/news/currentevents
Navigation

Plan d’action du SPVQ cette semaine, promet Marchand

Le maire assure que la Ville ira au-delà des enquêtes en cours

Le maire de Québec, Bruno Marchand, a annoncé lundi que le chef de police Denis Turcotte présenterait un plan détaillé à la suite de la crise qui secoue le corps policier depuis plus d’une semaine.
Photo Didier Debusschère Le maire de Québec, Bruno Marchand, a annoncé lundi que le chef de police Denis Turcotte présenterait un plan détaillé à la suite de la crise qui secoue le corps policier depuis plus d’une semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Critiqué de toutes parts à la suite de la diffusion d’images d’arrestations musclées et d’allégations de profilage racial, le SPVQ dévoilera un plan d’action cette semaine. 

• À lire aussi: Interventions musclées à Québec: un policier soupçonné d’infraction criminelle

• À lire aussi: La violence policière dénoncée à Québec

C’est le maire de Québec, Bruno Marchand, qui en a fait l’annonce en point de presse lundi après-midi, avant la séance du conseil municipal.

Sous les feux de la rampe depuis dix jours, le corps policier a été très « proactif » depuis le début de cette crise, a-t-il d’abord réitéré.

Mais afin de rétablir la confiance du public, il est nécessaire, à ses yeux, d’aller plus loin que la tenue d’enquêtes internes, en déontologie ou même des enquêtes indépendantes comme celles qui ont été annoncées lundi.

« Le BEI [Bureau des enquêtes indépendantes] va enquêter sur deux cas. Donc pour nous, c’est une très bonne façon de réagir à la chose, mais je veux en ajouter davantage [...]. Pour nous, c’est évident qu’il faut avoir la discussion sur la question de l’équité [et] de l’inclusion. Ça fait partie de ce sur quoi la Ville travaille, et ça fait partie de ce sur quoi le corps policier veut travailler aussi », a-t-il déclaré.

« On a partagé, Denis Turcotte [le chef du SPVQ] et moi, nos préoccupations, et cette semaine, il va déposer un plan qui va regrouper quatre grands volets », a-t-il enchaîné, évoquant notamment l’enjeu de la « représentativité » au sein du corps de police, « l’équité de traitement » ainsi que la « confiance de la population envers le service de police ».

« Ils sont déjà à pied d’œuvre pour créer ce plan-là et ils vont vous le présenter cette semaine. Les préoccupations dans la population, présentement, vous allez voir qu’on les prend au sérieux », a insisté le maire. « Ils ont ce réel intérêt (au SPVQ) d’aller au-delà ce qui s’est passé. »

Des caméras corporelles ?

Interrogé sur l’ajout de caméras corporelles pour les policiers du SPVQ, le nouveau maire de Québec s’est réfugié à son tour derrière le projet pilote qui est en cours, actuellement, dans quatre régions du Québec avec la Sûreté du Québec.

« Si le bilan des projets pilotes est positif, je vais être favorable. » La semaine dernière, la Fraternité des policiers de Québec affirmait qu’il était « urgent » d’outiller les agents avec des caméras portatives.

L’opposition veut un plénier

Le chef de l’opposition, Claude Villeneuve, a dit avoir « hâte » de voir le plan du chef de police, à qui il accorde néanmoins toute sa confiance.

Avide d’en savoir davantage sur l’encadrement fourni aux policiers, il a réclamé en soirée un plénier afin que le SPVQ puisse expliquer aux membres du conseil son fonctionnement et celui des différents types d’enquêtes à la suite d’incidents impliquant des policiers.

La cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, est également revenue à la charge lundi soir afin de demander à la Ville de documenter le phénomène du profilage racial.

— Avec la collaboration de Stéphanie Martin