/sports/hockey/canadiens
Navigation

Recrutement: des candidats dans la cour du Canadien

SPO-HKO-HKN-2016-NHL-DRAFT---ROUNDS-2-7
Photo d'archives, AFP Qui sera le prochain directeur du recrutement qui sera assis à la table du Canadien les 7 et 8 juillet prochains au repêchage 2022 de la LNH au Centre Bell ?

Coup d'oeil sur cet article

Les spéculations entourant l’identité du successeur de Marc Bergevin à titre de directeur général du Canadien vont bon train. Mais qu’en est-il du remplaçant de Trevor Timmins à titre de recruteur-chef du Tricolore ? 

• À lire aussi: Canadien: qui partira, qui restera?

• À lire aussi: DG du CH: un influent agent québécois ne ferme pas la porte

Dans son point de presse lundi dernier, le propriétaire de l’équipe Geoff Molson a mentionné que ce serait au prochain directeur-gérant et à Jeff Gorton de décider du prochain homme ou de la prochaine femme responsable du recrutement, évitant ainsi de répondre à la question lui demandant s’il voulait que son nouveau recruteur-chef soit établi au Québec. Le Journal s’est penché sur la question et a sondé six recruteurs couvrant le territoire de la LHJMQ pour l’une ou l’autre des 32 formations de la LNH. Notre question était bien simple : y a-t-il des recruteurs québécois qui ont l’étoffe pour remplacer Trevor Timmins et si oui, qui sont-ils ? Voici une liste des sept principaux noms mentionnés. 

Martin Madden fils  

SPO-HKO-HKN-2016-NHL-DRAFT---ROUNDS-2-7
Photo d'archives, Getty Images
  • Âge : 50 ans  
  • 24e année comme recruteur dans la LNH  
  • Équipe actuelle : Ducks d’Anaheim   

On se permet de l’inclure à cette liste puisqu’il a été nommé par cinq des six recruteurs sondés. Madden fils s’est forgé une réputation fort enviable dans la LNH au cours des dernières années, et certains voient même en lui le meilleur de sa profession. Toutefois, tous ont eu le même bémol : il serait le candidat parfait pour remplacer Trevor Timmins, mais les chances qu’il quitte son poste de directeur général adjoint et recruteur-chef des Ducks d’Anaheim pour accepter un rôle sensiblement équivalent à Montréal sont minces, voire nulles. « Martin est bien à Anaheim et s’il part, ce sera parce qu’il a obtenu une promotion », mentionne un recruteur de l’Ouest. C’est d’ailleurs pour cette raison que son nom est souvent cité parmi les candidats pour le poste de directeur général. S’il remplace Bergevin, Madden fils pourrait amener avec lui son recruteur au Québec avec les Ducks, Stéphane Pilotte.

Serge Boisvert  

SPO-HKO-HKN-2016-NHL-DRAFT---ROUNDS-2-7
Photo d'archives, Agence QMI
  • Âge : 62 ans  
  • 12e saison comme recruteur dans la LNH  
  • Équipe actuelle : Canadien   

Boisvert est un candidat logique pour à peu près tous les recruteurs sondés. « Je pense qu’il mérite sa chance », nous a mentionné un dépisteur d’une formation de l’Ouest. Un point majeur joue en sa défaveur, toutefois, selon la majorité des gens à qui nous avons parlé : « Trevor Timmins vient d’être congédié et on semble mettre la faute des déboires de l’équipe sur le recrutement des dernières années. Je ne suis pas convaincu que le Canadien va promouvoir un gars qui travaillait avec Timmins à ce poste », ajoute un autre dépisteur de l’Ouest. Ceci étant dit, Boisvert a été un bon soldat pour le Canadien depuis 12 ans et, pour toutes les personnes interrogées, il n’est pas responsable du peu de talent québécois dans l’organigramme de l’équipe. « Je pense qu’il n’était pas toujours pris en compte autant que d’autres par Timmins », conclut un recruteur de l’Est.

Daniel Doré  

SPO-HKO-HKN-2016-NHL-DRAFT---ROUNDS-2-7
Photo d'archives, Getty Images
  • Âge : 51 ans  
  • 26e saison comme recruteur dans la LNH  
  • Équipe actuelle : Rangers de New York   

L’ancien choix de première ronde des Nordiques de Québec possède une feuille de route impressionnante dans la LNH. Son nom n’est peut-être pas le plus connu parmi les recruteurs québécois, mais il possède une carte non négligeable dans sa poche : sa relation avec Jeff Gorton. Doré et Gorton ont travaillé ensemble avec les Bruins de Boston, notamment lors du repêchage de 2006, lors duquel ils ont sélectionné Phil Kessel, Milan Lucic et Brad Marchand, puis ont été congédiés la même année, en 2007, avant de se retrouver avec les Rangers de New York. « C’est sûr qu’il va se ramasser avec Gorton. Comme recruteur-chef, je ne sais pas, mais c’est évident qu’il va aller le chercher », a mentionné un recruteur de l’Ouest. 

Jean-Philippe Glaude  

SPO-HKO-HKN-2016-NHL-DRAFT---ROUNDS-2-7
Photo courtoisie
  • Âge : 40 ans  
  • 9e année comme recruteur dans la LNH  
  • Équipe actuelle : Predators de Nashville   

Glaude est le plus jeune candidat de notre palmarès, mais il jouit déjà d’une très bonne réputation auprès de ses pairs. Il est à l’origine de plusieurs sélections québécoises des Predators au cours des dernières années, dont celles de Samuel Girard, Alexandre Carrier, Frédéric Allard et, l’an dernier, Zachary L’Heureux en première ronde. Le Trifluvien est considéré comme l’une des vedettes montantes du recrutement québécois. « Un bon recruteur-chef doit être habile en ressources humaines et en gestion de personnel et il doit avoir un sentiment d’appartenance. Je pense que Jean-Philippe pourrait faire du très bon travail à Montréal. En plus, il saurait comment composer avec les médias puisqu’il y est déjà souvent », mentionne un recruteur de l’Est. 

Jérôme Mésonéro  

SPO-HKO-HKN-2016-NHL-DRAFT---ROUNDS-2-7
Photo d'archives, Stevens LeBlanc
  • Âge : 49 ans  
  • 8e année comme recruteur dans la LNH  
  • Équipe actuelle : Avalanche du Colorado   

Même s’il n’est dans la LNH que depuis huit ans, Mésonéro possède une vaste expérience comme recruteur dans la LHJMQ. Il a commencé sa carrière comme recruteur-chef avec les Saguenéens de Chicoutimi, puis a été responsable du recrutement pour les Tigres de Victoriaville en plus d’y être le directeur général de 2005 à 2014 avant d’accepter de joindre l’Avalanche. Le résident de la rive sud de Québec fait partie des quelques recruteurs du Québec qui sont appelés à épier les joueurs des autres circuits par leur employeur. Geoff Molson a parlé des erreurs du Canadien lorsqu’ils ont repêché dans le top-10 au cours des dernières années. L’Avalanche ne s’est pas trompé souvent lorsqu’il a repêché dans ces eaux au cours des dernières années, comme en témoignent les sélections de Nathan MacKinnon, Mikko Rantanen, Cale Makar et compagnie. Mésonéro aurait peut-être un ou deux trucs à offrir à l’organisation du CH.

Danièle Sauvageau  

SPO-HKO-HKN-2016-NHL-DRAFT---ROUNDS-2-7
Photo d'archives, Chantal Poirier
  • Âge : 59 ans  
  • Aucune expérience comme recruteuse dans la LNH  
  • Équipe actuelle : Carabins de l’Université de Montréal   

Par souci de transparence, il faut mentionner que Sauvageau n’a pas fait partie des choix des recruteurs sondés puisque notre question était un peu biaisée en parlant « du meilleur recruteur québécois » pour remplacer Timmins. Nous nous permettons de l’inclure à la liste puisque Geoff Molson a mis l’accent sur la diversité lundi dernier. Il semble donc évident que le Tricolore désire ajouter une ou des femmes à son organigramme au cours des prochaines semaines, et Sauvageau fait partie des femmes les plus qualifiées de la province. Celle qui agit entre autres à titre de directrice du programme féminin des Carabins de l’Université de Montréal s’est fait un devoir de souligner à quel point le monde du hockey était arriéré en matière d’embauche de femmes au cours des dernières années. Le CH l’a dans sa cour et a une belle chance de passer de la parole aux actes.

Luc Gauthier  

SPO-HKO-HKN-2016-NHL-DRAFT---ROUNDS-2-7
Photo courtoisie, LHJMQ
  • Âge : 57 ans  
  • 20e année comme recruteur dans la LNH  
  • Équipe actuelle : Penguins de Pittsburgh   

Luc Gauthier est un autre recruteur d’expérience qui roule sa bosse dans la LNH depuis 20 ans. L’homme de hockey a travaillé pour trois équipes depuis 2002 : les Predators de Nashville, l’Avalanche du Colorado et les Penguins de Pittsburgh, pour qui il œuvre depuis 2008. Sur le plan strictement du recrutement au Québec, il va sans dire que les Pens n’ont pas eu peur d’écouter les recommandations de leur recruteur au cours des dernières années. Pittsburgh a récemment repêché Samuel Poulin et Nathan Légaré, deux joueurs avec un bel avenir dans le hockey professionnel, et la sélection du défenseur Zachary Lauzon semblait prometteuse en 2017 avant que ce dernier ne doive mettre un terme à sa carrière en raison de blessures. « Luc, c’est un gars qui a ça à cœur. Il prend soin de son monde et il serait très bon pour aider à développer le talent au sein de son organisation », le complimente un recruteur de l’Est.

À VOIR AUSSI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.