/finance/business
Navigation

Couche-Tard: un hibou qui pourrait devenir une proie?

CANADA-FRANCE-FOOD-RETAIL-MERGER
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le géant Couche-Tard s’est souvent comparé à son logo, le hibou, sur sa branche, à la recherche d’acquisitions. Mais l’entreprise québécoise pourrait-elle aussi devenir une proie dans le futur ?

• À lire aussi: Des cours de français pour plusieurs PDG unilingues

Lors des dernières décennies, les fondateurs de l’entreprise détenaient des actions multivotantes qui leur permettent actuellement de contrôler 66 % des droits de vote, même s’ils ne possèdent que 22 % des actions. 

Avec cette structure, Couche-Tard a pu avaler ses concurrents, tout en repoussant les offres hostiles qui se présentaient. 

Mais toute bonne chose a une fin. En vertu d’une convention dite crépusculaire signée en 1995, Couche-Tard avait mis une date de péremption sur sa structure d’actions à deux catégories. 

Ce changement devait s’appliquer lorsque les quatre cofondateurs allaient dépasser les 65 ans et c’est ce qui se produira demain pour le plus jeune, Jacques d’Amours. Alain Bouchard, Richard Fortin et Réal Plourde ont tous déjà passé ce cap. 

Une perte de pouvoir

La fin des actions multivotantes va donc se traduire en une perte de pouvoir par les cofondateurs qui ne pourront pas bloquer une prise de contrôle, sollicité ou non. 

Par exemple, Couche-Tard a tenté de mettre la main en début d’année sur le géant français Carrefour. Mais ce dernier pourrait tenter de faire le coup inverse. 

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), qui détient plus de 4 % du groupe, a indiqué que l’entreprise est « en croissance performante et a une stratégie offensive que la CDPQ continuera d’appuyer dans les prochaines années ».

Par voie de communiqué, le groupe lavallois s’est toutefois montré rassurant. « Nous planifions cela depuis un certain temps », a souligné Alain Bouchard, fondateur et président exécutif du conseil. 

« Mon engagement et mon leadership au sein de l’entreprise ne changeront pas, et je suis plus que jamais convaincu que notre taille, notre culture et notre stratégie gagnantes serviront bien l’entreprise », a-t-il souligné. 

– Avec Jean-Michel Genois-Gagnon

À VOIR AUSSI