/opinion/columnists
Navigation

Devant le filet: Qui va suggérer d’agrandir les buts ?

Coup d'oeil sur cet article

On y va d’une prédiction, aujourd’hui, car le refrain revient chaque année. Bientôt, quelqu’un va déclarer qu’il ne se marque pas assez de buts dans la LNH et qu’il faut agrandir les filets. Ça s’en vient ! 

Effectivement, les taux d’efficacité et les moyennes de buts alloués des meilleurs gardiens ont de quoi faire écarquiller les yeux. Regardez seulement les chiffres des cinq meneurs de notre classement, soit Jack Campbell (,942/1,78), Igor Shesterkin (,937/2,05), Jacob Markstrom (,937/1,83), Tristan Jarry (,934/1,92) et James Reimer (,934/2,06). Impressionnant. 

L’an dernier, contre toute attente, le légendaire Ken Dryden a chanté le refrain en faveur de l’agrandissement des filets dans un article choc. Il ajoutait que les gardiens d’aujourd’hui étaient si gros qu’ils pouvaient passer tout un match sur leurs genoux.  

Rien d’un lutteur sumo 

Pourtant, la science a fait des essais non concluants à cet effet, et même les lutteurs sumos n’ont pas fait le poids. D’ailleurs, on attend toujours la vague japonaise devant le filet. 

À date, un seul gardien nippon a évolué dans LNH, soit Yutaka Fukufuji, en 2007 avec les Kings de Los Angeles, et ce ne fut pas un grand succès. Il n’a joué que quatre matchs dans le circuit Bettman. À 6 pi 1 po et 186 lb, il n’avait rien d’un lutteur sumo. 

À 6 pi 4 po et 207 lb, Dryden était le plus gros gardien dans les années 1970, mais c’est discutable à savoir qui était le meilleur à cette époque entre lui, Tony Esposito et Bernard Parent. 

En 2021, celui qui prend le plus de place devant le filet est Mikko Koskinen, des Oilers d’Edmonton, à 6 pi 7 po et 202 lb, mais vous ne le trouverez pas souvent dans le même paragraphe que Dryden, Esposito et Parent. 

Koskinen (24e dans notre classement) se défend tant bien que mal à Edmonton, mais entre lui et Juuse Saros (10e), qui ne fait que 5 pi 11 po et 180 lb chez les Predators de Nashville, la question ne se pose pas. Le petit Saros est supérieur à son gigantesque compatriote finlandais. Bref, le format ne fait pas foi de tout. 

Un débat remontant à 1929 

La campagne pour agrandir les filets revient régulièrement. Elle fut à son comble à la fin des années 1990. Le lock-out de 2004-2005 a mené à une révision des règlements, dont l’élimination de la grande plaie, l’accrochage.  

Ce film-là avait déjà joué à la fin des années 1920. D’ailleurs en 1928-1929, tous les gardiens réguliers de la LNH affichaient une moyenne de 1,85 ou moins. George Hainsworth avait même réussi 22 jeux blancs en 44 matchs pour une moyenne de 0,92. 

Souvenir de « Shrimp » 

Un des meilleurs gardiens de l’époque, Roy Worters, avait été questionné afin de savoir ce qu’il fallait faire pour augmenter le nombre de buts. À 5 pi 3 po, il était minuscule et on le surnommait « Shrimp ». Il avait répondu : « La seule façon d’augmenter le nombre de buts est d’agrandir les filets ». 

Heureusement, les responsables ont pensé autrement et ont compris qu’allouer la passe avant en zone offensive était plus logique et meilleur pour le spectacle. Ce fut le bon choix. 

Aujourd’hui, malgré la grande qualité des gardiens, les joueurs modernes vont les démolir s’ils ont du temps et de l’espace. Et si marquer des buts ne pose aucun problème à Alex Ovechkin, il faut développer des « Ovi » et non changer les filets.  

Bon sang, la LNH, c’est pour l’élite, laissez les filets tranquilles.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.