/finance/business
Navigation

Hydro-Québec: Hilo craint la puissance des GAFAM

Ils pourraient contrecarrer les ambitieux plans de la filiale d’Hydro-Québec

Hilo Hydro-Québec
Photo courtoisie Ci-dessus, un thermostat connecté d’Hilo. La filiale d’Hydro-Québec travaille notamment sur un projet pilote de bornes de recharge intelligentes qui seraient reliées à sa centrale.

Coup d'oeil sur cet article

Les géants du web pourraient empêcher Hydro-Québec de gérer adéquatement son réseau électrique s’ils accaparent le marché avec leurs propres objets et thermostats intelligents, craint le PDG d’Hilo.  

• À lire aussi: Hydro-Québec fait trembler l’industrie de la domotique

• À lire aussi: Hydro-Québec vous demande de baisser l’électricité au maximum

Depuis 75 ans, Hydro-Québec produit et distribue l’électricité jusqu’au compteur électrique. Avec son service Hilo, la société d’État tente maintenant de franchir le pas et gérer les périodes de pointe directement sur les appareils. Mais les géants du web sont déjà très présents avec ce type de produits qui meublent de plus en plus les maisons du Québec. 

En entrevue avec notre Bureau parlementaire, le PDG d’Hilo, Sébastien Fournier, donne l’exemple de Google, qui a récemment offert des milliers de Thermostats Nest à des familles à faible revenu aux États-Unis. 

« Ce sont des marchés segmentés avec des groupes comme Amazon et Google », dit-il.

L’autoproduction d’électricité semble aussi agacer Hilo. Des entreprises comme Google et Tesla ont beaucoup investi dans l’industrie des panneaux solaires ou des unités de stockage.

« On ne voudrait pas qu’elle [l’électricité] devienne la propriété d’une entreprise étrangère et qu’elle soit revendue aux clients. On le voit déjà dans plusieurs juridictions, il y a beaucoup d’intermédiaires », affirme M. Fournier, indiquant que l’enjeu principal est la sécurité du réseau. « Je ne pense pas que nous sommes à l’abri, parce qu’il y a des entreprises très créatives du côté de l’autoproduction et qui s’introduisent sur le marché québécois. »  

  • Écoutez Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio : 

Mieux gérer

Avec sa filiale Hilo spécialisée en domotique résidentielle, Hydro-Québec souhaite faciliter de manière intelligente l’efficacité énergétique, grâce à son outil de gestion connecté.

Tous ses thermostats, interrupteurs, gradateurs et prises intelligentes connectés à Hilo seront reliés à une centrale virtuelle qui permettra à Hydro-Québec de mieux gérer le réseau, principalement lors des pointes de consommation.

Si une plus grande portion des foyers québécois n’opte pas pour le système de la filiale Hilo, il pourrait être plus compliqué de gérer l’explosion de la demande d’électricité. 

L’important, précise Sébastien Fournier, c’est que les objets puissent au moins être connectés à la « Passerelle Hilo », la tour de contrôle de la filiale.

Voitures électriques 

Selon M. Fournier, Hydro-Québec a besoin d’outils de gestion plus évolués afin de répondre à la demande liée à l’électrification du Québec. Le premier défi sera d’être capable de gérer la prolifération des véhicules électriques. 

« Lorsqu’au Québec il y aura un million, voire deux millions de véhicules électriques et que tout le monde va arriver à 18 h le soir et le brancher... Ce sont des appels de puissance assez énorme. Avec le volume de véhicules qu’il va y avoir, c’est certain que ça va avoir des impacts extrêmement importants sur le réseau », explique Sébastien Fournier. 

Une cible fixée à 621 mégawatts  

Avec son programme Hilo, Hydro-Québec souhaite économiser au moins 621 mégawatts annuellement d’ici 10 ans, soit environ l’équivalent de la production hydroélectrique du barrage la Romaine-2. 

Récemment, Le Journal dévoilait que la croissance de la demande en électricité au Québec s’accélère et qu’Hydro Québec cherche à combler le manque d’approvisionnement qui est prévu dès la fin de l’année 2026. 

L’objectif ultime d’Hilo est justement de permettre à la société d’État d’économiser des mégawatts afin qu’elle ne soit pas obligée d’acheter de l’énergie sur d’autres marchés ou de bâtir de nouveaux barrages, ce qui pourrait faire augmenter les prix de l’électricité. 

D’ici moins de 10 ans

En 2021, Hilo estime qu’elle permettra à la société d’État d’économiser seulement 14 mégawatts. Cependant, en 2029, ce sont 621 mégawatts qui sont prévus. 

« C’est certain que nous visons de rentrer le plus grand nombre de ménages au Québec et avoir des impacts positifs », relate M. Fournier. 

Hilo doit aussi permettre aux clients d’économiser sur leur propre facture, en facilitant la consommation plus responsable et en offrant des récompenses. « On parle de plusieurs centaines de dollars en moins », plaide M. Fournier. 

Hilo refuse de dévoiler combien elle a de clients après deux ans, mais parle maintenant de « dizaines de milliers ». 

L’arrivée d’Hilo au Québec aura un impact marquant en ce qui a trait à la domotique et à la consommation responsable de l’électricité, estime aussi M. Fournier.

« Je suis d’avis que dans 50 ans, probablement près de 100 % des édifices au Canada et au Québec vont avoir une gestion de l’énergie en temps réel qui permettra de donner beaucoup d’informations à l’occupant. Et cette consommation-là sera faite de façon responsable, en fonction des besoins du réseau », croit M. Fournier. 


Les objets connectés d’Hilo  

  • Passerelle Hilo (« tour de contrôle »)   
  • Thermostats   
  • Interrupteurs    
  • Gradateurs    
  • Prises intelligentes   
  • Station météo et qualité de l’air    
  • Ampoule intelligente   
  • Détecteur de fumée intelligent    

Les projets pilotes d’HILO   

  • Chauffe-eau connecté   
  • Bornes connectées pour les véhicules électriques   

À VOIR AUSSI