/finance/business
Navigation

SAQ: l'offre des vins à moins de 10$ a chuté de 40% depuis 2018

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Catherine Dagenais, ici dans l’entrepôt de la capitale nationale, est à la barre de la Société des alcools du Québec depuis 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Les vins à bas prix sont de nouveau de plus en plus rares sur les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ). Depuis 2018, l’offre pour les produits à moins de 10 $ a chuté de plus de 40 %.

• À lire aussi: L’entente de principe rejetée par les employés de la SAQ

Selon des données fournies au Journal par le magazine web Vin Québec, le nombre de produits vinicoles d’un format de 750 millilitres sous la barre des 10 $ est passé en l’espace de trois ans et demi à la SAQ de 114 à 64.

Cette tendance a également frappé les vins à moins de 15 $. 

Pour cette catégorie de prix, l’inventaire sur le web et dans les magasins a fondu de 20 % depuis 2018, année de la nomination de l’actuelle présidente et cheffe de la direction, Catherine Dagenais, passant de 797 à 635 produits.

« C’est toujours la même chose à la SAQ. Ils essaient de ramasser le plus d’argent possible, donc ils reviennent à la tactique de vendre des vins plus chers », déplore l’éditeur de Vin Québec, Marc-André Gagnon.

À titre d’illustration, hier, sur le site transactionnel de la LCBO, on retrouvait plus de 250 produits de 750 millilitres en dessous de 10 $.  

  • Écoutez la chronique de Michel Girard sur QUB radio:    

Plusieurs critiques

Au cours de la dernière décennie, la SAQ a essuyé plusieurs critiques pour ses prix trop élevés. Entre 2016 et 2017, la société d’État avait même procédé à trois baisses de prix afin de tenter de combler son écart avec ceux des produits de la LCBO. Les clients avaient profité d’une diminution totale de 1,40 $.

Depuis, les ajustements à la hausse se sont multipliés chaque année. Seulement en 2021, la société d’État a grimpé ses prix à trois reprises et elle prévoit déjà augmenter une cinquantaine de produits le 30 janvier 2022.

Selon M. Gagnon, les impacts des révisions à la baisse à la SAQ sont, aujourd’hui, effacés des livres. L’offre de produits entre 15 $ et 20 $ a bondi de 9 % depuis 2018. Pour les bouteilles de 20 à 30 $, la hausse a été de 4,5 %.

« Nous sommes revenus au niveau de 2016 [et début 2017]. Nous avons perdu tout ce que nous avions gagné comme diminution », confirme l’expert du vin.

La situation a toutefois déjà été plus catastrophique à la SAQ. En 2014, la société d’État offrait moins de 30 produits sous les 10 $.

Différents facteurs

Pour expliquer ces changements de prix dans son inventaire, la SAQ évoque au Journal plusieurs raisons, comme l’inflation, les demandes d’ajustements à la hausse des fournisseurs et l’explosion des coûts de transport, notamment maritime, depuis le début de la pandémie.

Par ailleurs, depuis 2018, la société d’État dit avoir introduit 54 nouveaux produits sous la barre des 12 $. 

« Nous travaillons toujours à garder une offre de petits prix variée et qui répond aux besoins de notre clientèle », a souligné dans un courriel le porte-parole Yann Langlais-Plante.

Durant la pandémie, au cours de son exercice financier 2020-2021, la SAQ a enregistré des ventes de 3,59 milliards $ et un profit de 1,22 milliard $.  

Les vins pas chers se font rares à la SAQ  


2018 2021
Moins de 10 $  : 114 64
Moins de 15 $ : 797 635
Entre 15 $ et 20 $ : 1530 1665
Entre 20 $ et 30 $ : 2179 2275
Entre 30 $ et 40 $ : 758 766

Sources : SAQ.COM et vinquebec.com

À VOIR AUSSI...