/investigations/municipal
Navigation

Municipales 2021: les anomalies électorales ne seront pas corrigées

Bloc situation vote élections élection
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Élections Montréal ne corrigera pas la quasi-totalité des anomalies dans le décompte des dernières élections municipales de la métropole.

Le 17 novembre dernier, notre Bureau d’enquête révélait 39 cas de boîtes de scrutin où les résultats des élections défiaient toute logique. 

Par exemple, dans une urne de Verdun où l’électorat a largement voté pour les candidats locaux de Projet Montréal, la cheffe du parti, Valérie Plante, n’a reçu aucun vote. 

Dans cette même boîte, l’homme situé juste au-dessus d’elle dans l’ordre alphabétique des candidats, Dimitri Mourkes, a récolté 127 votes, soit 15 % de tous ses appuis sur l’île de Montréal.

Impossible de rouvrir les urnes

Vendredi, Élections Montréal a confirmé que les étrangetés de ce type qui n’ont pas fait l’objet d’une contestation devant le tribunal resteraient dans les résultats officiels de l’élection.

« La Loi stipule que seule une requête de nouveau dépouillement judiciaire dûment acceptée par un juge peut mener à la réouverture d’une urne, a indiqué la porte-parole d’Élections Montréal, Mathilde St-Vincent. Ainsi, il n’est pas possible d’ouvrir les urnes pour aller vérifier si, effectivement, un candidat n’a aucun vote dans une urne. »

Mme St-Vincent a confirmé que les anomalies que nous avons décelées ne sont pas dues à des « erreurs de saisie ».

Trois corrections

Trois erreurs que nous avions soulevées ont été vérifiées dans le cadre des dépouillements judiciaires et ont fait l’objet d’une correction publiée hier. 

Elles concernaient la mairie de l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, remportée par Caroline Bourgeois, de Projet Montréal. Déclarée gagnante par 303 votes au lendemain du scrutin, Mme Bourgeois a été confirmée dans son poste le 25 novembre grâce un écart de seulement 135 voix.

Dans une urne, son adversaire d’Ensemble Montréal, Lyne Laperrière, n’avait obtenu aucun vote au lendemain du scrutin, tandis que son chef, Denis Coderre en avait eu une soixantaine. Après recomptage, Mme Laperrière a reçu 58 votes et Mme Bourgeois en a perdu 57.

Sans mentionner nos révélations, Élections Montréal a dit souhaiter « limiter tout type d’erreurs » dans un bilan préliminaire rendu public vendredi.

Affirmant que le décompte manuel est une « opération complexe », l’organisme se dit ouvert à étudier une « utilisation accrue de la technologie » pour les élections de 2025. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.