/finance/business
Navigation

Une offre plus limitée à la SAQ pour les Fêtes

La SAQ ne sera pas en mesure de rattraper ses retards avant les Fêtes

Coup d'oeil sur cet article

Nouvelle grève ou pas des salariés d’entrepôt, la direction de la Société des alcools du Québec (SAQ) prévoit déjà ne pas être en mesure d’offrir aux consommateurs un inventaire complet dans ses succursales pour les Fêtes. Il s’agit pour la société d’État de la période la plus achalandée et lucrative de l’année.

• À lire aussi: L’entente de principe rejetée par les employés de la SAQ

• À lire aussi: SAQ: l'offre des vins à moins de 10$ a chuté de 40% depuis 2018

« Cela va prendre quelques semaines avant de rétablir les niveaux d’inventaire dans nos succursales », a concédé au Journal la présidente et cheffe de la direction, Catherine Dagenais. « Il faut s’attendre à ce qu’il y ait des ruptures de stock », a-t-elle poursuivi, assurant toutefois qu’il y aura assez de produits pour répondre à l’ensemble de la demande des clients.

  • Écoutez l'entrevue du porte-parole de l'association Restauration Québec, Martin Vézina, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Ces dernières semaines, en raison des moyens de pression déployés par les salariés d’entrepôt et de livraison, notamment des grèves et le refus de faire des heures supplémentaires, la société d’État a dû mettre sur pause plusieurs de ses services, ce qui a eu des impacts sur ses activités.

Durant quelques jours, les livraisons pour les restaurants, bars et titulaires de permis ont été suspendues ainsi que les livraisons vers les entrepôts des épiceries et dépanneurs. Les consommateurs se sont également butés à des tablettes vides dans plusieurs succursales.

Même si tous les employés d’entrepôt sont au boulot depuis plusieurs jours, l’approvisionnement est toujours difficile pour certaines succursales de la Société des alcools du Québec. C’est notamment le cas dans le magasin de l’avenue Laurier Est, à Montréal. Les tablettes y sont tout aussi dégarnies qu’il y a une semaine, lors d’une première visite du Journal.
Photo Le Journal
Même si tous les employés d’entrepôt sont au boulot depuis plusieurs jours, l’approvisionnement est toujours difficile pour certaines succursales de la Société des alcools du Québec. C’est notamment le cas dans le magasin de l’avenue Laurier Est, à Montréal. Les tablettes y sont tout aussi dégarnies qu’il y a une semaine, lors d’une première visite du Journal.
  • Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur QUB Radio:   

De retour à la table

Lundi, les quelque 800 employés d’entrepôt ont rejeté à 86 % l’entente de principe conclue entre le syndicat et la société d’État. Les deux parties négocieront de nouveau mercredi. Les modalités qui ont achoppé dans la proposition n’ont pas été dévoilées.

« Nous sommes déçus et surpris du rejet de l’entente. [...] Le syndicat l’a recommandée, mais manifestement les employés l’ont rejetée », a indiqué Mme Dagenais, ajoutant qu’une nouvelle grève « n’est pas souhaitable ». « On veut comprendre ce qui ne fonctionne pas », a-t-elle ajouté.

Catherine Dagenais, présidente et cheffe de la direction de la SAQ
Photo d'archives, Stevens LeBlanc
Catherine Dagenais, présidente et cheffe de la direction de la SAQ

Mardi, le ministre des Finances, Eric Girard, a mentionné qu’il « est important de régler » ce conflit « avant Noël ».

La présidente de la SAQ dit vouloir trouver « des solutions » et « des compromis » afin d’arriver rapidement à une entente. Elle assure que son organisation n’a jamais eu l’intention d’utiliser des installations ou des travailleurs externes pour maintenir ses activités durant la grève des salariés d’entrepôt, contrairement à ce qu’a laissé sous-entendre le syndicat.

En plus d’assurer l’approvisionnement des magasins, Mme Dagenais souhaite aussi « prioriser » les restaurateurs afin qu’ils reçoivent tous les produits qu’ils ont commandés pour la période des Fêtes. 

Une trêve

Une nouvelle grève déclenchée par les travailleurs d’entrepôt ces prochains jours aurait de nouveau des impacts significatifs pour la SAQ. Pour le moment, le syndicat n’a évoqué aucun nouveau moyen de pression.

« Si ce n’était que de moi, je pense que ça serait souhaitable qu’il y ait une trêve le temps qu’on discute et que l’on comprenne les enjeux », a répondu Mme Dagenais. « Nous avons l’équivalent en moyenne d’une semaine d’inventaire dans nos magasins », a-t-elle ajouté, confirmant avoir un plan de contingence avec des gestionnaires si une grève était déclenchée.

Au cours de son exercice financier 2020-2021, qui incluait la période des Fêtes, la SAQ avait enregistré des ventes de 1,27 milliard $ (+3,2 %). 

– Avec la collaboration de Nicolas Lachance