/news/politics
Navigation

Ottawa annonce à son tour un boycottage diplomatique des Jeux olympiques de Pékin

Coup d'oeil sur cet article

Après des mois de discussions, la décision est finalement tombée: le Canada n’enverra aucun représentant diplomatique aux Jeux olympiques de Pékin, a confirmé le premier ministre Justin Trudeau en début d’après-midi mercredi.

• À lire aussi: Le Royaume-Uni annonce à son tour un «boycottage diplomatique» des JO de Pékin

«Je ne crois pas que la décision du Canada et des autres pays de ne pas envoyer de représentants diplomatiques apparaitra comme une surprise aux yeux de la Chine», a déclaré M. Trudeau aux journalistes.

Ce boycottage diplomatique est une façon de faire comprendre à la Chine que le Canada et les pays alliés sont «très préoccupés» par les atteintes aux droits humains exercés par le régime communiste chinois à l’endroit de sa minorité ouïghoure, a expliqué le premier ministre.

Les Jeux olympiques d’hiver se tiendront en février.

La sécurité des athlètes

Pour ce qui est de la sécurité des athlètes canadiens, M. Trudeau a assuré que «tout sera fait par le Canada et nos alliés» pour que ceux-ci puissent se «concentrer sur une chose seulement, c’est-à-dire de bien représenter le Canada et gagner».  

  • Écoutez l'entrevue avec David Pavot, Professeur Titulaire de la Chaire de recherche sur l’antidopage dans le sport et Vice-président de la Société québécoise de droit international de l’Université de Sherbrooke sur QUB Radio:

   

La ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly, présente au point de presse, a affirmé qu’assurer la sécurité des athlètes était «tout dans l’intérêt du pays hôte».

La Gendarmerie royale du Canada sera impliquée dans la sécurité des athlètes, en tandem avec le comité olympique canadien. Un certain nombre d’agents du corps de police ont déjà été mobilisés pour le déplacement à Pékin, a annoncé la ministre du Sport, Pascale St-Onge.

Celle-ci a indiqué que les comités olympique et paralympique étaient «en constante discussion» avec le Comité olympique international, et que «tout est mis en place pour» que tout se déroule sans anicroche. 

  • Écoutez la chronique de Luc Laliberté, spécialiste de la politique américaine  

À VOIR AUSSI