/news/consumer
Navigation

Hausse du prix du panier d’épicerie: les Québécois en bonne posture face à l’inflation, estime le ministre des Finances

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois sont en bonne posture pour faire face à l’inflation, estime le ministre des Finances, alors que leur facture d’épicerie pourrait grimper de 966 $ l’an prochain.

• À lire aussi: Deux tiers des Canadiens peu confiants que leur salaire suivra 

  • Écoutez l'entrevue avec Éric Girard, ministre des finances du Québec sur QUB radio :   

« Je veux rappeler à tout le monde que, dans l’ensemble, en moyenne, les Québécois sont en bonne position. Lorsqu’on regarde la croissance du revenu disponible, ça excède l’inflation depuis la pandémie », a commenté Eric Girard jeudi, lorsque questionné sur la hausse importante du coût du panier d’épicerie attendue l’an prochain. 

De l’aide

« C’est certain qu’il faut aider les personnes qui ont moins de revenus parce que ces personnes-là ont une part plus importante dans leur panier de consommation, la nourriture, l’énergie... C’est exactement ce qu’on a fait dans la mise à jour [économique], avec la prestation exceptionnelle pour 3,3 millions de Québécois [et] avec le crédit d’impôt pour les aînés en situation plus défavorisée », a ajouté le ministre Girard. 

Le ministre des Finances, Eric Girard
Photo Stevens Leblanc
Le ministre des Finances, Eric Girard

Lors de sa récente mise à jour budgétaire, le ministre a annoncé qu’un chèque de 400 $ sera envoyé à compter du 24 janvier aux familles qui gagnent moins de 56 000 $. 

Eric Girard rappelle toutefois que la Banque du Canada est la mieux placée pour avoir un impact sur l’inflation, en révisant son taux directeur. 

2000 $ aux aînés, dit le PLQ

L’importante hausse du coût du panier d’épicerie a également fait réagir les partis d’opposition. 

Le PLQ aurait « anticipé » la hausse de l’inflation et offert des chèques de 2000 $ aux aînés de 70 ans et plus afin d’y faire face, a assuré sa cheffe, Dominque Anglade. 

Chez Québec solidaire, le député Andrés Fontecilla a plutôt plaidé pour un « cocktail » de mesures afin d’appuyer les ménages, dont geler les tarifs d’électricité, hausser le salaire minimum à 18 $/l’heure et doubler temporairement le crédit d’impôt pour solidarité.

Inquiet de l’impact de cette augmentation pour les plus démunis, le député péquiste Pascal Bérubé propose quant à lui de mettre en place un « indicateur » pour suivre l’évolution du coût de la vie pour les Québécois.

L’inflation alimentaire pourrait atteindre jusqu’à 7 % en 2022, indique le Rapport sur les prix alimentaires canadiens publié jeudi. Il s’agit d’un record, car lors des 11 autres éditions, les hausses prévues étaient généralement de 2 à 4 %.

– Avec la collaboration de Vincent Larin, Agence QMI

À VOIR AUSSI