/news/health
Navigation

Un cri du cœur pour allonger les prestations de l’assurance-emploi en cas de maladie grave

Coup d'oeil sur cet article

Une jeune femme, originaire de Saguenay, a lancé un cri du cœur, jeudi, à Ottawa, pour allonger la durée des prestations d'assurance-emploi en cas de maladie grave.

Jessica Mimeault se bat contre un cancer depuis août dernier. La jeune femme de 34 ans n'en est qu'à la moitié de ses traitements de chimiothérapie, mais se retrouvera sans revenu dans quelques jours. Elle aura épuisé les 15 semaines de prestations auxquelles elle a droit.

Elle a imploré, jeudi, le gouvernement fédéral de revoir les règles de l'assurance-emploi prévues pour les gens qui font face à une maladie grave.

«À partir de la semaine prochaine, je me retrouve sans prestation. Beaucoup de difficultés, de stress financier à venir. Je ne trouve pas cela normal. Ce n'est pas quelque chose qu'on devrait vivre lorsqu'on fait face à une maladie grave comme ça», a-t-elle affirmé alors qu'elle s'est rendue en personne à Ottawa.

C'est accompagnée de députés du Bloc Québécois – qui ont par ailleurs demandé au gouvernement de rehausser à 50 semaines les prestations pour les personnes gravement malades – que Jessica Mimeault a demandé au gouvernement de Justin Trudeau d'augmenter le nombre de semaines en cas de maladie grave.

Elle a ajouté qu’elle menait ce combat pour toutes les personnes qui, dans l'avenir, se retrouveront dans la même situation qu'elle.

«Je le fais pour le futur. Je pense surtout aux mères monoparentales ou aux gens qui pourraient ne pas avoir un entourage [pour les aider] comme j'ai aujourd'hui», a-t-elle dit.

Infirmière auxiliaire de profession, Mme Mimeault se sent abandonnée par le système. Elle qui n'avait pas hésité à aller au front lors de la pandémie.

Au même point, deux ans plus tard

Le Bloc Québécois a déploré l’inaction du gouvernement. Il y a deux ans, presque jour pour jour, c'était une mère de famille, Émilie Sansfaçon, qui lançait exactement le même cri du cœur à Ottawa, ont fait valoir les députés du Bloc. Cette dernière a malheureusement perdu son combat contre le cancer sans avoir pu obtenir une bonification de l’assurance-emploi.

«Quand on pense au nombre de personnes qui, comme Jessica Mimeault, continuent de subir ces injustices en 2021, ça ne rend pas fier! Les travailleurs atteints de maladie grave ont déjà à porter le fardeau de leur diagnostic et à subir de durs traitements sans devoir, en plus, stresser avec leurs factures. On place ces travailleurs dans la précarité et l’anxiété alors qu’ils bataillent pour leur vie. Ils doivent pouvoir se soigner dans la dignité. Qu’attend le gouvernement pour ajuster les prestations à la réalité des traitements? Il sait lui-même que le rétablissement d’une personne malade se situe en moyenne à 37 semaines», a affirmé la porte-parole bloquiste en matière de Ressources humaines, Louise Chabot.

Les libéraux de Justin Trudeau se sont engagés à bonifier le régime de 15 à 26 semaines, mais ce n’est pas encore fait.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.