/news/health
Navigation

Décès en CHSLD: Québec refuse de rendre publics plus de 1000 rapports

Décès en CHSLD: Québec refuse de rendre publics plus de 1000 rapports
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Québec refuse de rendre public plus d’un millier de «grilles d’analyse» remplies par ses inspecteurs après leurs visites en CHSLD du printemps 2020, au plus fort de la pandémie.

• À lire aussi: QS se targue d’avoir fait «perdre les pédales» à François Legault

• À lire aussi: Les Québécois ne veulent pas d’enquête publique, croit Legault

Devant le mécontentement exprimé par la coroner Géhane Kamel, qui enquête sur la vague de décès survenue dans ces établissements, le ministère de la Santé avait décidé, la semaine dernière, de lui en donner plus qu’elle en demandait.

La totalité des «grilles d’analyse» remplies par ses inspecteurs dans le cadre des 1067 visites de vigie effectuées entre le 11 avril et le 16 juin 2020 lui a donc été envoyée par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Ces documents font notamment état des manquements observés aux règles de prévention et de contrôle des infections et précisent si, par exemple, les résidents étaient nourris et hydratés.

«Toutefois, pour l’instant, le MSSS ne partagera pas aux médias les documents relatifs aux grilles de visites de vigie tant que la coroner n'aura pas statué sur ceux qu’elle utilisera et qu’elle rendra publics», précise le ministère par courriel.

À la coroner de décider

Québec s’en remet donc à la coroner pour «ce qu’elle souhaite rendre public dans le cadre de son enquête».

Comme le mandat de la coroner concerne seulement six établissements où la COVID-19 a frappé particulièrement fort, seules les «grilles d’analyse» les concernant ont été déposées en preuve jusqu’ici, pour son enquête.

Quant aux rapports concernant les autres établissements, le Bureau du coroner refuse même de confirmer ou d’infirmer s’ils lui ont bel et bien été remis.

Rappelons que l’existence réelle de ces documents avait causé une controverse après le passage de la sous-ministre aux Aînés, Natalie Rosebush, aux audiences de l’enquête publique de la coroner Géhane Kamel.

Elle avait d’abord affirmé que les versions anciennes de ces rapports étaient écrasées au fur et à mesure des visites. Le ministère avait ensuite révélé qu'il avait des copies de sauvegarde de ces documents qui ont finalement été remis à la coroner.

À VOIR AUSSI  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.