/news/currentevents
Navigation

Le Barreau maintient la radiation de Jean Petit

Coup d'oeil sur cet article

De multiples avis de radiation ont été prononcés et maintenus par le Conseil de discipline du Barreau à l’encontre de l’avocat Jean Petit, et ce, malgré le fait que le criminaliste ait porté chacune des décisions rendues contre lui en appel.  

Jeudi, pas moins de neuf avis de radiation ont été publiés concernant Me Petit, qui fut admis au Barreau en 1983.  

On lui reprochait, sur une période de quatre ans, soit de 2014 à 2018, d’avoir commis différentes infractions sanctionnées par le Conseil de discipline.  

Entre autres, Me Petit a été trouvé coupable «d’avoir refusé ou négligé de répondre personnellement et avec diligence» aux lettres que lui transmettait une inspectrice-enquêtrice du Bureau du syndic.  

Il a également été trouvé coupable, dans cinq dossiers, de ne pas avoir rendu à ses clients des services professionnels à la hauteur des sommes d’argent remises.  

Le Conseil de discipline du Barreau l’a également trouvé coupable d’avoir déposé et retiré de son compte en fidéicommis des sommes totalisant 100 000$ et «d’avoir utilisé à des fins autres la somme de 63 502$ que lui avait remise son client à titre d’avance d’honoraires et de débours».  

Pour l’ensemble des infractions, le Conseil a imposé à Me Petit des périodes de radiation variant de deux à quinze mois.  

Rappelons que lorsqu’il était en fonction, l’avocat se présentait sur sa page internet comme un avocat d’expérience en matière pénale et criminelle et «détenant une grande éthique professionnelle».  

Toujours selon les informations transmises, il y était mentionné que, tout au long de sa carrière, Me Petit avait défendu plus de 2000 causes.  

C’est d’ailleurs lui qui a défendu, pendant quelques mois, le meurtrier de la Grande Mosquée, Alexandre Bissonnette, avant d’être remplacé par deux autres avocats.