/lifestyle/books
Navigation

Grande quête sur fond musical

Henri Chassé
Photo courtoisie, Patrick Bourque Photographe

Coup d'oeil sur cet article

Comédien et metteur en scène de renom, poète primé, Henri Chassé offre à ses lecteurs un premier roman tout en nuances et en émotions, Ciels parallèles. Thomas, le narrateur, partage les hauts et les bas du deuil et ceux d’une grande quête existentielle. Sur fond musical, il fait le point, au fil des rencontres avec un vieux musicien de jazz américain et d’autres personnages croisés dans la région de Québec et de Bellechasse.

Henri Chassé, qui fut finaliste aux prix du Gouverneur général pour son recueil de poésie Morceaux de tempête, s’est lancé avec joie dans l’écriture de ce premier roman.

« Je ne savais pas trop ce que je voulais faire au début, mais je voulais repartir dans l’écriture », commente l’auteur. « J’ai fait un jeu avec ma blonde : je lui disais, donne-moi un thème, des phrases ! J’ai écrit des poèmes, des petits textes. Tout à coup, elle m’a dit : j’aurais dû mettre un chapeau. Le roman a commencé avec ça. » 

Il s’est laissé prendre par l’idée d’écrire sur la marée, sur le bord du fleuve, sur la région de Bellechasse. 

« C’est une région que je connais bien parce que j’ai joué deux fois à Beaumont et Saint-Michel. Ça se passe aussi beaucoup à Québec, une ville très importante dans ma jeunesse parce qu’on a habité à Sainte-Foy et à Valcartier pendant trois ans avant de s’en aller dans l’Outaouais. Mon père était dans l’armée. Québec est une ville qui est beaucoup rattachée à mes souvenirs d’enfance. Ma grand-mère vivait là. Les lieux ont été des déclencheurs. »

Le jazz

La musique, du classique au jazz, occupe également une grande place dans le roman. 

« Je crois que tu peux écouter plein de choses dans ta vie. Il n’y a pas de hiérarchie, pour moi. Tu peux écouter du Johnny Cash et du Beethoven. Le jazz est central parce que... j’aime ça beaucoup ! »

Il ajoute que c’est une musique qui se prête très bien à l’atmosphère du roman, à cause de son caractère improvisé. La musique fait écho au parcours des personnages, qui ne savent pas trop ce que le destin leur réserve, ce qui va arriver au tournant. 

Un des personnages – un musicien de jazz – s’appelle Lester Brown. Clin d’œil au grand saxophoniste de jazz Lester Young. « Les personnages connaissent les codes de leur vie, mais ils ne savent pas toujours où ils s’en vont. »

Henri Chassé se souvient de l’époque où, jeune, il se rendait chez ses amis avec des albums pour écouter de la musique, en groupe. « Il n’y avait pas de CD. On allait chez le monde avec deux ou trois longs jeux. Ce sont des souvenirs très forts d’écoute, ensemble. »

Thomas, son personnage, doit se reconstruire et trouver ses repères après un choc. Il doit retrouver... une harmonie. 

« C’est un solitaire, un peu “sauvage”, dans le sens doux, qui est attachant. Il a tendance à attendre que les choses se produisent et à se fier sur le hasard. » 

  • Henri Chassé est auteur de deux recueils de poésie.
  • Il a joué dans plusieurs longs-métrages, dans plus de 40 émissions à la télévision et dans plus de 100 productions au théâtre.
  • On peut le voir dans trois séries importantes : Une affaire criminelle, Après et La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé.
  • Il jouera dans la nouvelle pièce de Michel Tremblay, Cher Tchekhov, au TNM en mai prochain.
Henri Chassé
Photo courtoisie