/sports/opinion/columnists
Navigation

Le coup de poignard de Jeff Petry

Golden Knights vs Canadiens
Photo Martin Chevalier Jeff Petry lors d’un match contre les Golden Knights de Vegas, au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

Un coup de poignard à l’endroit de Dominique Ducharme. C’est ce qui m’est venu en tête quand j’ai entendu la déclaration qu’a faite Jeff Petry sur le manque de structure du Canadien. 

Comme entraîneur, je me suis senti mal pour Ducharme. Dans une période aussi négative que celle que traverse l’équipe cette saison, la dernière chose dont il a besoin, c’est qu’un vétéran de l’équipe s’en prenne à lui publiquement. Le coach doit avoir le support de tout le monde. 

Petry a manqué de professionnalisme. Et jeudi, dans le match contre les Flyers de Philadelphie, il semblait mal à l’aise. Peut-être qu’il a dit tout haut ce que plusieurs chez le Canadien pensent tout bas, mais c’est lui qui en subit les contrecoups. 

Il est chanceux que la rencontre ait été disputée devant des gradins vides. Je pense que les amateurs lui auraient montré leur mécontentement. S’il avait fallu que le match ait lieu devant des spectateurs, ceux-ci lui auraient fait sentir que ce qu’il a dit était inacceptable.

D’ailleurs, contre les Flyers, Petry a sans doute été le pire défenseur de l’équipe. Dans la victoire, il a montré un différentiel de -2...

Évidemment que Ducharme a sa part de responsabilités dans les insuccès du Canadien. C’est lui, l’entraîneur-chef. Mais j’espère qu’il a beaucoup de soutien à l’intérieur de l’organisation. 

Que le ménage commence

Ce soutien, ce ne sont pas que des encouragements de la part de ses patrons. Il est temps que le ménage commence. Jeff Gorton a beaucoup de travail à faire. C’est certain qu’il a rencontré son défenseur. Il faut que Petry parte de Montréal. 

Mais il ne sera pas facile à échanger. Il a signé un contrat qui lui fera toucher 6,25 millions $ pendant les quatre prochaines saisons. C’est cher payé pour un défenseur de 34 ans.

Il est temps d’accélérer le processus pour trouver un nouveau directeur général. Parce que la liste des candidats – celle des médias, pas du Canadien – est si longue que si ça continue ainsi, le temps de tous les rencontrer, le successeur à Marc Bergevin sera nommé à la Saint-Jean-Baptiste ! 

Et pendant ce temps, Ducharme est laissé à lui-même... 

La semaine dernière, je disais que Carey Price devait lui aussi partir. Sans parler de restructuration, il faut libérer des contrats. Le Canadien pourra encore repêcher un bon jeune cette année. En espérant que l’organisation ne fasse pas d’erreur.

Faites jouer les jeunes

Au-delà du résultat, il y a du positif à tirer de la victoire contre les Flyers. J’ai aimé le trio formé par Jonathan Drouin, Laurent Dauphin et Jesse Ylönen. 

J’étais content de voir Dauphin se mettre en évidence, avec un sourire au visage. Drouin semblait heureux de jouer avec ses compagnons de trio. 

Cole Caufield a connu son meilleur match de l’année, avec une dizaine de lancers au filet. J’aime aussi ce que je vois d’Alexander Romanov. Plusieurs parlent de ses erreurs, mais j’adore son intensité, son attitude. 

Il faudra le diriger tranquillement, vivre avec ses revirements, ses punitions. Parce que, sinon, Romanov va perdre son jeu physique. 

Il faut que les jeunes continuent à jouer, malgré le retour au jeu prochain des vétérans, comme Brendan Gallagher. Les jeunes vont bien, ce n’est pas le temps de les retourner à Laval. 

Si le Canadien veut faire une bonne évaluation de ce qu’il a sous la main, les meilleurs doivent avoir du temps de glace.  

Les échos de Bergie  

Encore un Québécois qui écope

Les Islanders de New York ne participeront probablement pas aux séries éliminatoires. Et pour leurs mauvais résultats, ils ont fait écoper un jeune vétéran : Anthony Beauvillier, qui a raté un match. 

C’est drôle, c’est un Québécois ! Je déteste ça. Souvent, quand un joueur doit être retranché par une équipe, c’est le Québécois qui en paye le prix. Pourquoi ? 

Je regarde Samuel Montambeault. C’est dur pour l’orgueil. Le Canadien a donné huit départs de suite à Jake Allen, même s’il commençait à être fatigué. Et finalement, quand il a obtenu une soirée de congé, c’est Cayden Primeau qui s’est retrouvé devant le filet. 

Est-ce que la décision de tasser Montambeault a été prise par Jeff Gorton ? Quand il aura à nouveau sa chance, il faudra qu’il la saisisse. C’est l’histoire des gardiens substituts, des joueurs de quatrième trio, des sixièmes défenseurs. 

Le temps était venu pour Paul Maurice

Paul Maurice
Photo Pierre-Paul Poulin
Paul Maurice

Paul Maurice a dit les bonnes choses, hier, quand il a parlé de sa démission du poste d’entraîneur-chef des Jets de Winnipeg. 

Le temps était venu. À un moment, quand les joueurs entendent toujours la même voix dans le vestiaire, ça devient fatigant. 

Je crois que sa démission, c’est une entente entre lui et le directeur général Kevin Cheveldayoff. Les rumeurs de congédiement étaient fortes et les Jets ont préféré le laisser partir. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.