/weekend
Navigation

Voyage au temps du new wave

Parachute
Photo courtoisie, Marilyn Aitken Parachute : Mode subversive des années 80

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle exposition du Musée McCord tisse des liens insoupçonnés entre Montréal et des vedettes pop de haut calibre, comme Peter Gabriel, Madonna et Duran Duran.

Très populaire dans les années 80 pour ses vêtements androgynes, à la fois fantaisistes et austères, parfaitement en phase avec l’esthétique new wave, la marque Parachute a fait les beaux jours de l’underground montréalais avant de prendre d’assaut les pages de Vogue et du Elle Québec

L’histoire de Parachute commence entre les murs des bureaux des magasins Le Château, du temps où la chaîne n’était pas synonyme de polyester, de paillettes et de faillite. C’est là que la Britannique Nicola Perry, une diplômée en mode du prestigieux Kingston College of Arts, et le Germano-Américain Harry Parnass, un urbaniste et architecte de formation, se sont rencontrés. Parés à un saut dans le vide, ils ont quitté leurs emplois stables chez Le Château pour lancer leur propre marque en 1978. C’est cette année-là qu’ils ouvrent une première boutique sur la rue Crescent, à Montréal.  

Parachute
Photo courtoisie, Roger Aziz

Les vêtements et les photographies présentés dans l’exposition Parachute : Mode subversive des années 80, nous ramènent habilement à l’époque où les femmes portaient les cheveux courts à la façon de Belgazou et où le groupe Men Without Hats connaissait un succès enviable à travers le monde. D’ailleurs, seules deux chansons de la formation anglo-montréalaise tournent en boucle dans les premières salles – au point où ça devient franchement désagréable si on prend le temps de lire tous les cartels et d’essayer d’écouter les vidéos qui se font enterrer par la musique. Un léger irritant qui pourrait être éradiqué par n’importe quelle liste de lecture new wave sur Spotify ou Qub Musique.

Au-delà de cette petite maladresse sur le plan de l’ambiance, la proposition du McCord s’avère riche et fascinante. À l’heure où il est de plus en plus souvent question de non-binarité dans l’espace public, on s’étonne de découvrir l’œuvre de ce couple de designers qui faisait déjà fi des étiquettes de genre à l’ère de la cassette audio. Autant écrire qu’ils étaient très avant-gardistes ! 

Une expo très musicale

Même si l’aventure s’est terminée en 1993, Perry et Parnass ont continué à collaborer avec Peter Gabriel pour la confection de ses tenues de scène toujours très élaborées et distinctives. On peut, à cet effet, le voir interpréter Sledgehammer sur scène, paré de ses plus beaux atours « made in Montréal » dans la salle dédiée aux célébrités qui ont porté la marque. 

Parachute
Photo courtoisie, Roger Aziz

Mais au-delà de l’attrait people et glamour de Parachute, un aspect que les commissaires ont eu la belle idée de garder pour la deuxième portion de l’exposition, c’est tout un pan un peu oublié de l’histoire culturelle montréalaise qu’on est à même de découvrir gratuitement ces jours-ci au Musée McCord. 


L’exposition Parachute : Mode subversive des années 80 est présentée jusqu’au 24 avril 2022. L’accès est gratuit pour tous jusqu’au 19 janvier 2022, dans le cadre du 100e anniversaire du Musée McCord.