/news/currentevents
Navigation

Boischatel: le feu prend la vie d’un pompier

Une structure lui est tombée dessus alors qu’il combattait les flammes

Coup d'oeil sur cet article

Un pompier volontaire et père de trois enfants a perdu la vie alors qu’il combattait les flammes d’un brasier dans une résidence de Boischatel, sur la Côte-de-Beaupré, samedi soir.  

Martin Tremblay, 43 ans, a été blessé mortellement lors de l’intervention.
Photo courtoisie
Martin Tremblay, 43 ans, a été blessé mortellement lors de l’intervention.

Martin Tremblay, 43 ans, faisait partie de l’équipe de sapeurs qui a été appelée à intervenir vers 23 h 30, sur la rue des Silex, quand une résidence a pris feu.

L’incendie aurait d’abord pris naissance dans le comble du garage avant de se répandre dans le reste de la maison.

La maison située sur la rue des Silex a été totalement détruite par les flammes.
Photo Agence QMI, Marc Vallières
La maison située sur la rue des Silex a été totalement détruite par les flammes.

Le couple qui habitait la demeure, ses quatre enfants et leur chien ont pu sortir à temps et n’auraient pas été blessés lors de l’incident. Mais la maison a été totalement détruite par les flammes.  

Photo Agence QMI, Marc Vallières

« Tout était en feu, c’était une véritable vision d’horreur. La dame est venue se réfugier chez nous pendant un certain temps, elle regardait sa maison brûler. Elle était sans mot », raconte Nicolas Gagné, un voisin.  

Photo Agence QMI, Marc Vallières

Malchance 

Après un certain temps, en raison de la puissance des flammes et de la fragilité du bâtiment, le Service de sécurité incendie (SSI) Boischatel/L’Ange-Gardien a demandé l’évacuation du bâtiment. 

La structure arrière de la maison s’est effondrée sous la force de l’incendie.
Photo Agence QMI, Marc Vallières
La structure arrière de la maison s’est effondrée sous la force de l’incendie.

« Il n’y avait plus personne à l’intérieur, mais il y a eu l’effondrement d’une structure à l’arrière du bâtiment sur un de nos hommes », explique le directeur du service incendie, Norman Huot, faisant référence à Martin Tremblay.  

Des témoins ont rapporté avoir vu les secours transporter le pompier d’une quarantaine d’années jusqu’au milieu de la rue pour tenter de le réanimer.

L’homme était grièvement blessé et son décès a été constaté à l’hôpital peu de temps après. 

« C’était presque terminé, tout le monde était sorti. C’est ça qui est le plus triste dans tout ça, c’était un bête accident, un coup de malchance », déplore M. Huot. 

L’unité des Crimes majeurs de la Sûreté du Québec s’est rendue sur place pour tenter d’éclaircir la situation, tout comme la CNESST, qui doit enquêter sur les circonstances du décès. 

« Un acte de bravoure »

Le défunt était un pompier volontaire à Boischatel, mais aussi un employé de la Ville de Québec.

« C’est un papa de trois enfants qui a perdu la vie dans un acte de bravoure, quelqu’un qui a consacré ses derniers gestes à quelque chose de très valeureux. C’est d’une immense tristesse », a fait savoir le maire de Québec, Bruno Marchand.

Le maire de Boischatel, Benoit Bouchard, a souligné qu’il s’agissait d’un triste premier décès d’un pompier dans la municipalité depuis au moins 50 ans. 

Photo Agence QMI, Marc Vallières

« Des services psychologiques ont été offerts au service incendie et aux employés de la Ville. Tout le monde est bouleversé... », a-t-il indiqué.  

À travers la province, les différents services de protection contre les incendies et services de police ont tenu à offrir leurs condoléances à leur compatriote décédé, sur les réseaux sociaux. 

Pour ce qui est de la famille qui a été jetée à la rue à quelques jours de Noël, la communauté de Boischatel s’est serré les coudes pour lui offrir des dons en tout genre.

La Société Saint-Vincent-de-Paul mettra aussi la main à la pâte pour lui venir en aide.