/news/coronavirus
Navigation

Fini l’analyse de la COVID dans les eaux usées

Cette méthode abordable permettait de détecter à l’avance la hausse des cas

Peter Vanrolleghem
Photo courtoisie, Marc Robitaille Le professeur en génie des eaux Peter Vanrolleghem dans son laboratoire, à l’Université Laval, où il étudie les eaux usées à la recherche de traces du coronavirus.

Coup d'oeil sur cet article

Des chercheurs québécois dénoncent l’abandon récent de la surveillance de la COVID-19 dans les eaux usées de la province, faisant valoir son utilité pour anticiper les vagues d’infections.

• À lire aussi: COVID-19 à Québec: l’eau des égouts pour cibler les points chauds

• À lire aussi: Dépister la COVID-19 dans les eaux usées

• À lire aussi: Traquer le virus dans les égouts: les scientifiques se mobilisent

« Si on avait eu ces données-là, on aurait vu la montée des cas plus tôt. Peut-être que François Legault n’aurait jamais autorisé 20 invités à Noël et se serait plutôt dit “il y a quelque chose qui s’en vient” », fait remarquer Peter Vanrolleghem, professeur en génie des eaux à l’Université Laval. 

Depuis janvier 2021, un projet pilote auquel il participait scrutait la présence du virus dans les égouts de plusieurs grandes villes du Québec.  

L’analyse d’un verre d’eaux usées permettait de mesurer la propagation du coronavirus dans la population grâce à sa présence dans l’urine et les selles des malades. 

Or, alors que les cas montent en flèche et que le variant Omicron laisse présager le pire, les scientifiques ont dû mettre une croix sur leurs recherches.   

  • Écoutez Jean-François Lisée et Thomas Mulcair au micro de Patrick Déry sur QUB radio :

Dernier échantillon

La subvention gouvernementale du projet pilote s’est terminée à la fin juin, et les fonds de recherche des professeurs qui le finançaient depuis sont à sec. 

Le dernier échantillon a été prélevé ce vendredi à Montréal, et le 1er décembre à Québec. 

Les échantillons d’analyse qui étaient conservés dans un congélateur.
Photo courtoisie, Thomas Maere
Les échantillons d’analyse qui étaient conservés dans un congélateur.

« Pourtant, c’est exactement le moment où on aurait besoin de ce type d’analyse », laisse tomber Sarah Dorner, professeure en génie à Polytechnique, qui prenait part à l’étude. 

La surveillance de 13 villes pendant 6 mois a coûté 1,5 million, une bagatelle à côté des millions dépensés chaque mois pour dépister individuellement la population.

Bien que le ministère de la Santé « reconna[isse] la validité technique » de l’analyse des eaux usées, il attend un rapport de l’Institut national de santé publique (INSPQ) avant de la recommander. 

Ledit rapport ne sera pas publié avant quelques semaines et l’INSPQ a refusé de répondre aux questions du Journal en attendant. 

Boule de cristal

Le microbiologiste Marc Hamilton considère que le désintérêt du gouvernement pour cette méthode de détection est « strictement politique ».

Il se l’explique mal, car elle est peu coûteuse, elle sert à détecter les variants et elle est largement utilisée en Europe et dans le reste du Canada, soutient-il. 

« C’est le seul moyen efficace qu’on a de prédire le nombre de cas positifs de 3 à 10 jours plus tôt. C’est comme une mini-boule de cristal », dit le scientifique. 

À l’aube de la troisième vague dans la ville de Québec, cette surveillance a pesé dans la décision d’augmenter la capacité de dépistage et de traçage, illustre Peter Vanrolleghem. 

À VOIR AUSSI... 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.