/entertainment/stage
Navigation

Théâtres: une vague de découragement

Coup d'oeil sur cet article

Un sentiment de découragement flottait dans l’air, lundi, dans les bureaux des théâtres de Québec et de Montréal.

• À lire aussi: Annulations et reports: le monde des arts encore atteint par la COVID-19

• À lire aussi: Cinémas freinés dans leur élan

Les théâtres seront frappés durement si la fermeture des salles de spectacles se prolonge au-delà des premières semaines de janvier et qu'elle bouscule la programmation prévue au début de 2022.

«Nous allons évaluer le tout au retour des Fêtes. Il n’est pas question d’annuler ou de reporter les spectacles. Ce n’est pas dans notre scénario. On espère que ça ne se poursuivra pas en janvier et en février. On va nous avoir à l’usure», a indiqué Lorraine Pintal, directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde.

Les activités doivent reprendre le 11 janvier avec la pièce Lysis.

Anne-Marie Olivier, directrice artistique du Trident, n’a pas envie d’annuler les représentations de Cabaret, qui doivent débuter le 18 janvier.

«L’équipe travaille fort. Elles [les représentations] seront peut-être reportées, mais on ne le sait pas en ce moment. Ce n’est pas vrai qu’on ne présentera pas cette production. On garde espoir», a-t-elle lancé.

Codirectrice générale du Trident, Anne-Marie Olivier précise que l’impact de ces nouvelles fermetures pourrait bousculer les représentations des productions Run de lait et Un ennemi du peuple qui sont prévues en 2022.

«Ça demande une énorme réorganisation. On regarde ça un spectacle à la fois. C’est le branle-bas de combat», a-t-elle dit.

Au Diamant, le directeur général, Steve Labrie, avait bon espoir de pouvoir présenter, entre Noël et le jour de l’An, les représentations du spectacle de cirque Camping. Ça ne sera pas le cas.

«On doit défaire tout ce qu’on avait tricoté pour ramener la capacité de notre salle à 50% à la suite des mesures annoncées vendredi. Il y a beaucoup de déception. On comprend le sérieux de la situation. Il y a un bout de chemin qu’on doit faire encore. C’est triste pour les artistes, le public et les employés. On revient à la case départ», a-t-il dit.

Une décision sera prise, au cours des prochains jours, concernant Les sept branches de la rivière Ota, qui doit être à l’affiche du 15 au 23 janvier.

À voir aussi