/news/currentevents
Navigation

Enquête pour fraude chez un syndicat

Le président a été éjecté de son poste

Coup d'oeil sur cet article

Le syndicat de la sécurité privée au Québec est mis sous tutelle en raison d’allégations de fraude visant son président, qui a été aussitôt démis de ses fonctions.

« Pour nous c’est très important, c’est l’argent des membres. [...] ce n’est pas une décision drastique, c’est la décision qui s’impose », a expliqué le directeur québécois du syndicat des Métallos, Dominic Lemieux.

Patrick Pellerin.
Ancien président
Photo courtoisie
Patrick Pellerin. Ancien président

Une enquête criminelle pour fraude dans les comptes bancaires de la section locale 8922 est effectivement en cours et vise son président, Patrick Pellerin. Une perquisition a été effectuée le 15 décembre par la Sûreté du Québec, confirme M. Lemieux. Aucune accusation n’a encore été déposée.

« On collabore avec la Sûreté du Québec [...] on a fourni des documents et on mène notre enquête en parallèle », précise-t-il.

Tutelle

Roch Drapeau, vérificateur international des Métallos, a été nommé comme tuteur. Les états financiers de la section locale avaient été vérifiés par ce dernier, il y a environ trois ans, comme c’est le cas pour toutes les autres sections locales. Rien d’anormal n’avait été décelé.

Tous les autres membres de l’exécutif sont maintenus en place. Il n’y aurait pas de complice à l’interne, selon les premières vérifications. 

Le syndicat de la sécurité privée au Québec représente quelque 16 000 travailleurs, tels que des signaleurs routiers, des pompiers et des agents de sécurité. Le mandat de M. Pellerin venait d’être renouvelé au printemps. 

tolérance zéro

Comme les faits allégués sont graves, le président n’a pas simplement été suspendu, il s’est fait montrer la porte. « Il n’a pas accès à la bâtisse, à ses courriels, à rien du tout », précise M. Lemieux, qui dit avoir tenu à être transparent. 

« Nos membres ont le droit de savoir ce qui se passe, dit-il. Et je veux passer le message que ce n’est pas toléré et on va aller jusqu’au bout avec les tribunaux pour récupérer les sommes qui auraient été dérobées », insiste-t-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.