/news/coronavirus
Navigation

Nouvelles mesures: les commerçants soulagés

Ils s’attendaient aujourd'hui à l’annonce de restrictions beaucoup plus sévères pour le temps des Fêtes

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Mathieu Pettigrew, copropriétaire du restaurant Le Continental, préfère avoir un établissement ouvert à 50 % que de seulement offrir des mets à emporter.

Coup d'oeil sur cet article

Craignant de devoir fermer boutique en raison de la propagation du virus, les commerçants et restaurateurs de Québec ont poussé un soupir de soulagement après le point de presse du premier ministre Legault, aujourd'hui.

• À lire aussi: Noël est sauf, les rassemblements limités dès le 26 décembre

• À lire aussi: Les tests rapides expirés sont toujours utilisables

• À lire aussi: Des heures d’attentes pour se faire dépister

« Ce sont de très bonnes nouvelles, une véritable délivrance ! Disons qu’on s’attendait à pire », lance tout sourire Mathieu Pettigrew, copropriétaire du restaurant Le Continental et du Conti Caffe, dans le Vieux-Québec. 

Déjà restreints à 50 % de leur capacité depuis lundi, les restaurants devront limiter leur clientèle à des tables de six personnes ou moins, à compter du 26 décembre.  

Mais ce n’est qu’un moindre mal pour plusieurs qui s’attendaient à devoir carrément fermer, en raison de la propagation fulgurante des cas de COVID-19 et des rumeurs qui circulaient depuis quelques jours. 

Louis McNeil, copropriétaire des restaurants Cosmos de Québec, a évité de commander beaucoup de nourriture pour les prochains jours puisqu’il s’attendait à fermer.
Photo d'archives, Stevens LeBlanc
Louis McNeil, copropriétaire des restaurants Cosmos de Québec, a évité de commander beaucoup de nourriture pour les prochains jours puisqu’il s’attendait à fermer.

« On ne voulait pas se faire avoir une deuxième fois, alors on n’a pas commandé beaucoup de nourriture pour les prochains jours. On est soulagé », souligne Louis McNeil, copropriétaire des restaurants Cosmos, à Québec.

Heureux, mais prudents 

Dans l’industrie du commerce au détail, la surprise était de taille aujourd'hui. 

« On est content et on a eu la frousse. On vit avec le présent. On essaye d’être positif », affirme Pierre Poitras, porte-parole du Magasin Latulippe, situé dans le quartier Saint-Sauveur depuis plus de 80 ans.  

Mais le soulagement pourrait être de courte durée. 

Les paroles de François Legault, concernant « l’ajout de mesures si nécessaire » dans les prochains jours, ont résonné dans la tête de plusieurs commerçants.  

« On ne sait plus quoi penser. On s’adapte et tout le monde fait ce qu’il peut actuellement. Les gens sont compréhensifs », explique Marie-Pier Vincent, présidente du conseil d’administration de la Coopérative du Quartier Petit Champlain.  

Noël en famille

Lise et Guy Dufresne sont soulagés de pouvoir fêter Noël avec leurs proches, comme prévu.
Photo Jérémy Bernier
Lise et Guy Dufresne sont soulagés de pouvoir fêter Noël avec leurs proches, comme prévu.

Quelques familles rencontrées dans la Vieille Capitale étaient, quant à elles, rassurées de savoir qu’elles allaient pouvoir célébrer Noël en famille. 

« On va pouvoir faire un petit party avec nos proches, ça va faire du bien. On en avait besoin », affirme Lise Dufresne, qui s’affairait aux dernières emplettes avant le réveillon. 

« On avait peur de devoir tout annuler, tout est déjà prêt ! » ajoute son mari, Guy Dufresne. 

Certains, comme Sylvie Roy, devront toutefois se contraindre à repousser leurs célébrations habituelles du jour de l’An avec leurs familles éloignées. 

« Ça tombe à l’eau, mais il faut mettre l’épaule à la roue », indique-t-elle, craignant toutefois que d’autres refusent de se plier aux mesures pour le temps des Fêtes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.